Дървен материал от www.emsien3.com

Дървени греди за покрив

All posts by madame citronnade

Mes lectures du moment

Je reviens avec un article lecture et ça faisait bien longtemps que je n’avais pas écrit à ce sujet. Je lis très peu de roman ces temps-ci, d’ailleurs je ne vous en présenterai qu’un seul dans cette sélection. On parlera aussi un petit peu poésie grâce à Rupi Kaur pour son oeuvre Lait et Miel.

J’avoue être une adepte des livres dit ‘pratiques’ souvent feel good, très optimistes et qui nous donnent des clés pour nous sentir mieux tout en en apprenant d’avantage sur des cultures voisines. Je pense à tous les livres sortis ces dernières années sur la façon de vivre des suédois (le Lagom), des danois (le Hygge) et le livre du Lykke qui est un tour du monde du bonheur, rien que ça !

Je comprends que certains ne soient pas réceptifs à ce genre d’ouvrage que l’on peut parfois trouver un peu faciles, un peu clichés et pourtant c’est le genre de lecture qui me fait du bien. Je pense que l’on peut puiser beaucoup de positif dans ces récits surtout lorsqu’il s’agit des sociétés scandinaves qui nous le savons, peuvent servir d’exemples dans bien des domaines.

J’ai la chance de recevoir beaucoup de livres qui sortent chez First Editions qui est la référence en ce qui concerne ces ouvrages de vie pratique, lifestyle et feel good et ce n’est pas pour me déplaire…

Le tour du monde des gens heureux m’a beaucoup parlé. Il a été écrit par Meik Wiking qui est président de l‘institut de recherche sur le Bonheur à Copenhague. Car oui, il y a un institut de recherche sur le bonheur à Copenhague ça en dit long sur cette société. Ce livre parle éducation, famille, argent mais aussi de confiance en soi et de bonté entre autre. Je l’ai trouvé agréable à découvrir et j’ai beaucoup aimé les illustrations qui donnent un coté ludique aux 285 pages. J’ai particulièrement apprécié le passage sur la famille et surtout sur la gestion travail / famille dans certains pays où les horaires de travail sont adaptés en fonction de la vie de famille. Le rêve ! J’ai même appris que nous sommes, nous français, assez en retard par rapport à la durée du congé paternel lors de la naissance d’un enfant par exemple.

Très récemment c’est la découverte du Shinrin Yoku qui m’a énormément interpellé. Le Shirin Yoku est l’art et la science du bain de forêt. Quand j’ai reçu ce livre je me suis dit deux choses : premièrement, je n’aime pas trop cette couverture, je ne la trouve pas vraiment à mon goût, je n’aurais jamais ouvert ce bouquin si je ne l’avais pas reçu. Deuxièmement, je me suis dit : l’art et la science du bain de forêt, qu’est-ce qu’on va encore nous pondre ? Il se trouve que ce livre a été une très belle surprise à la lecture. Le Shirin Yoku nous vient du Japon, un pays que j’ai eu la chance de visiter en partie et je dois dire que j’ai adoré y découvrir un peuple vraiment très réceptif à la nature qui l’entoure. La ville de Tokyo est immense et surpeuplée ce qui fait que les tokyoïtes ont un fort besoin de se ressourcer dans les nombreux parcs de la ville. La période des cerisiers en fleurs n’est qu’une partie des nombreuses coutumes japonaises en rapport avec le respect et l’amour de la nature et j’ai donc appris à quel point nous avons tous, en tant qu’Etre-humains, un besoin viscéral de nous ressourcer en forêt, dans un milieu où tous nos sens sont portés à contribution pour retrouver une certaine sensation de bien être que nous avons perdu au fil du temps, surtout quand on habite en ville. Ce livre vous donnera des conseils pour appliquer le Shinrin Yoku au quotidien. Je reste tout de même très étonnée du paradoxe dont font preuve les japonais parfois. Ils ont un tel respect pour la nature mais n’hésitent pas à défier la loi en poursuivant la chasse à la Baleine par exemple…

 

Un peu de poésie. C’est bien la première fois que je m’intéresse à ce genre littéraire. Je suis sûre que vous avez entendu parler du recueil Lait et Miel (Milk & Honey) de l’auteure canadienne d’origine indienne, Rupi Kaur. Elle avait fait parler d’elle déjà en 2015 en postant sur les réseaux une photo d’elle allongée sur un lit, en période de règles avec une tâche de sang sur son pantalon et ses draps.

Une photo qui avait crée un débat incroyable même au sein de l’application Instagram qui avait censuré cette photo à deux reprises avant de l’accepter. Preuve que le sujet des menstruations est encore un énorme tabou. J’ai un grand respect pour les femmes comme Rupi Kaur qui réussissent à faire bouger les lignes, à parler de féminisme, de libération de la femme et plus particulièrement du corps de la femme. Lait et miel a provoqué en moi plusieurs émotions : il m’a fait pleurer et sourire et puis les illustrations sont très jolies. Je l’ai lu en français et j’ai trouvé la traduction vraiment moyenne, c’est le seul bémol que j’apporterais. C’est pour ça que je viens d’acquérir le nouvel ouvrage de Rupi Kaur en anglais : the sun and her flowers. Je ne l’ai pas encore commencé.

Raclette et brocoli se définit comme un guide pour en finir avec les régimes et la culpabilité. Je l’ai lu très rapidement et très facilement. J’ai adoré les illustrations signées Youlie Dessine qui apportent vraiment un plus à ce guide. Au sommaire : le gang du sucre, la mafia du gras, l’alcool ce vieux pirate et puis le clan des excités (thé & café). Le livre fait la guerre à tout ce qui nous empoisonne à petit feu mais il n’est jamais culpabilisateur, ni moralisateur. Il apporte une vision saine et modérée de l’alimentation healthy et gourmande avec quelques recettes (souvent VG) que j’ai beaucoup apprécié. J’ai appris pas mal de choses en lisant Raclette et Brocoli, il ne reste plus qu’à mettre tout ça en application, c’est pas gagné ^_^

Je finis avec une dernière lecture encore en cours et il s’agit d’un roman. Un roman ne se lit pas de la même façon que tous les autres ouvrages que je vous ai présenté juste au dessus et il se trouve que la concentration que me demande de me plonger dans la lecture d’un roman me fait défaut surtout depuis que je suis maman et que je trouve moins le temps de me poser. J’ai découvert My absolute darling en regardant l’émission La grande librairie il y a quelques semaines. J’ai été happé par le portrait de l’auteur Gabriel Tallent qui a 30 ans et qui est américain. Ce roman est un best seller aux USA et il aborde plusieurs sujets sensibles, la violence, les armes, la brutalités, l’abus sexuel et l’adolescence. Les personnages principaux sont Martin et sa fille de 14 ans Turtle qui vivent à la dure dans une cabane au bord de l’océan. Leur quotidien dans la forêt laisse à penser qu’ils vivent en ermite dans un milieu de quasi survie, pourtant Turtle est scolarisée et elle est donc amenée à côtoyer deux mondes différents. Je n’ai lu qu’un quart du roman et j’avoue que j’ai hâte de savoir où l’histoire va mener ces personnages complexes et violents. Les critiques littéraires sont unanimes à propos de ce premier livre de Gabriel Tallent mais je dois dire que j’ai un petit peu de mal avec la longueur des descriptions et le sens du détails un peu trop prononcé à mon goût.


Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

2 ans sans pilule : le bilan

 Parler de contraception, c’est parler de l’intimité et je dois dire que ce n’est pas le genre d’article que je propose ici habituellement. Pourtant, cet article il fallait bien que je l’écrive un jour ou l’autre pour deux raisons : la première c’est que je sens qu’un changement a opéré en moi depuis que je suis maman et en particulier d’une petite fille à qui je souhaite un monde meilleur dans lequel en tant que femme, elle se sentira libre dans son esprit et dans son corps. Deuxièmement, je pense vraiment que ce post pourra aider certaines filles / femmes à passer un cap.

Ce cap dont je parle, c’est la libération de la prise de la pilule.

Un comble quand on pense que nos mères (ou grands-mères) ont connu une époque où prendre la pilule était mal vu, où l’on devait se cacher, où l’on ne pouvait en parler à personne car c’était mal, où l’on rêvait de pouvoir prendre cette fameuse pilule sans jugement ! Cette période où l’on se faisait avorter clandestinement sur la table de la cuisine… Ma mère m’a toujours parlé de cette époque et elle a voulu, pensant bien faire, que je prenne la pilule et que l’on parle ensemble librement de ce sujet.

Attention, ce que je vous écris ici c’est MON parcours, ce sont MES aléas avec la prise de pilule et c’est un article qui va surtout parler pilule ET acné ! Je ne prétends ni détenir la vérité, ni pouvoir régler VOS problèmes mais je partage  simplement ma vision des choses qui est bien différente de celle des médecins que j’ai croisé dans ma vie.

J’ai pris la pilule très jeune, j’avais de l’acné et un copain (qui est mon mari maintenant ^_^). Ces boutons me rendaient mal à l’aise, une gène au quotidien. Celles qui ont des boutons savent bien de quoi je parle. Le médecin m’a proposé de prendre la pilule et que ça allait régler mes problèmes. Pas d’explications supplémentaires, pas de mise en garde, aucun mots sur les effets secondaires. J’ai à peine 15 ans, ce que je veux : avoir une peau nette et ne pas tomber enceinte… Qu’est ce que j’y connais aux hormones, aux œstrogènes et aux progestatifs ? Je fais confiance !

Je fais confiance 10 ans pendant lesquels je pense que c’est normal de perdre peu à peu ma libido et ma densité capillaire au passage. 10 ans pendant lesquels je ne sais même pas que prendre la pilule = ne pas avoir de vraies règles ! Les saignements que l’on a entre deux plaquettes de pilules sont ARTIFICIELS. Votre corps est mis au repos pendant la prise de pilule, vous n’ovulez plus, vous n’avez pas réellement vos règles et donc, vous ne solutionnez pas vos problèmes d’acné en prenant la pilule, vous ne faites que les repousser…

 

J’ai environ 24/25 ans quand je décide d’arrêter de prendre cette fichue pilule. Je ne suis plus une ado, j’ai entendu des choses négatives à propos de la pilule, des scandales ont éclaté, la pilule 3ème génération est contestée. AVC, phlébites, problèmes respiratoires et cardiaques et j’en passe…

Niveau acné : j’alterne entre les pilules Evepar et Yaz qui sont vendues comme étant des traitements anti-acnéiques  et elles ne font plus effet comme je le souhaiterais (sûrement à cause du phénomène d’accoutumance). J’ai encore quelques boutons et à cet âge là, je ne sais même pas que l’acné d’adulte existe alors je ne comprends pas pourquoi j’ai encore ce genre de problème.

J’ai dans l’idée de régler définitivement mon souci d’acné et ensuite je pourrais stopper la prise de pilule pour passer à un autre moyen de contraception. Je réussis à me faire prescrire le traitement de cheval : Roaccutane ! Si mon médecin avait été sérieux il m’aurait dit :

  • Vous n’avez pas besoin de ce traitement car votre cas ne nécessite pas la prise d’un médicament aussi fort aux nombreux effets secondaires, parlons ensemble et trouvons une alternative.

  • Il aurait répondu OUI quand je lui ai demandé si je pouvais perdre des cheveux sachant que j’avais déjà une fragilité à ce niveau là. Mais il a répondu NON et j’ai fait confiance, encore…

Je prends ce traitement plusieurs mois. Comme toutes les personnes qui le suivent, j’ai une peau qui se transforme, une sécheresse cutanée incroyable et déroutante, je ne produis plus de sébum (plus besoin de me laver les cheveux, les racines ne graissent plus, très naturel n’est-ce pas ?), j’ai des vertiges tout le temps : au travail notamment et puis des saignements de nez intempestifs. Bref, je m’arrête là, vous avez compris que ce n’est pas un traitement anodin. Ma peau est enfin nikel, heureusement… Mes cheveux en prennent un sacré coup : secs, fins et clairsemés ! Ils le resteront !

J’attends quelques mois après la fin du traitement pour arrêter la prise de pilule. Il aura fallu 2 semaines, 15 petits jours pour que ma peau soit couverte d’acné du front à la poitrine. J’ai récupéré ma peau dans le même état qu’à l’âge où j’ai pris la pilule pour la première fois. Et je ne suis pas un cas isolé, j’ai des amies dans la même situation et je lis aussi énormément de témoignages sur internet. Des femmes dans le même état que moi : prisonnières et condamnées à prendre la pilule sous peine de vivre avec des boutons partout à l’âge adulte.

Je cède : je ne vois pas d’autres solutions que de me faire représcire la pilule. Evidemment, en quelques semaines, je retrouve une peau plutôt nette. J’ai subi le traitement Roaccutanne pour rien, on ne m’a pas dit qu’il ne marchait pas à 100% sur les femmes car notre acné est hormonale et pas momentanée comme celle de l’homme. Je suis blasée et je laisse le temps filer.

J’ai 27 ans quand je décide de chercher à nouveau une solution pour arrêter de prendre la pilule sans me transformer en calculatrice. Ce que je veux aussi, c’est avoir mes vraies règles, des vrais cycles et que mon corps ne soit plus régler par un médicament qui rend tout cela totalement artificiel. Ca ne me ressemble pas d’ingérer un tel médicament chaque jour. Ca ne correspond plus à mon mode de vie.

MIRACLE : je tombe sur les articles de PetiteCeriz, notamment ‘comment arrêter cette daube de pilule‘  et je bois ses paroles, je me retrouve dans ce qu’elle écrit, je comprends que mon corps est comme drogué par les substances que contiennent la pilule et que je vais devoir le sevrer progressivement sur 6 mois.

Elle explique TOUT dans les détails, je ne vais pas reprendre ce qu’elle dit si bien mais en gros il s’agit de réduire sa consommation de pilule (en la découpant chaque jour) sur une période de 6 mois. Ca vous paraît fou ? Ca vous fait marrer ? Pour moi, c’est d’une logique implacable.

JE TENTE ET CA MARCHE ! Je n’ai pas refait de poussée d’acné car mon corps s’est sevré petit à petit. Il a eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait et le temps de reprendre ses droits et ses fonctions. Depuis, j’ai la peau relativement nette, pas parfaite mais je n’ai pas d’acné,  je me sens libérée de ce fardeau et en adéquation avec mes principes, à savoir, prendre le moins de médicament possible.

Ca fait maintenant 2 ans que je suis ENFIN débarrassée de cette daube, mes cycles sont revenus à la normal très rapidement, j’ai retrouvé ma libido, j’ovule chaque mois, je laisse la nature faire son travail et bordel, c’est quand même tellement mieux !

6 mois après avoir totalement arrêté la pilule, je suis tombée enceinte sans pression, ça était rapide et ça été une super nouvelle bien qu’une surprise immense ^_^ Nous étions prêts à accueillir un enfant à ce moment là de notre vie et c’est pour cela que je ne prenais pas de moyen de contraception. D’ailleurs, je suis toujours à la recherche de celui qui me conviendra donc en attendant, je ne peux conseiller l’utilisation du préservatif ! Alors oui, on peut tomber enceinte après des années de prise de pilule et oui on peut se libérer de ce médicament mais non sans mal !

Bien sur, il va de soit que pendant le sevrage de 6 mois, vous devez vous protéger pendant vos rapports car la pilule ne sera plus contraceptive. Et je précise à nouveau que suivre cette méthode n’engage que moi, je ne suis pas médecin !

  • J’ai une pensée pour toutes les femmes qui m’ont envoyé des messages suites à mes stories sur instagram. Vous avez apparement envie et besoin de lire des témoignages sur la pilule, sur ses effets. Besoin d’entendre des vérités, de vous rassurer et j’espère que j’ai pu y contribuer. Je pense aussi à celles qui m’ont dit qu’elles sont prisonnières de la pilule parce qu’elles souffrent d’endométriose (ou autre variante de cette maladie) et je sais que cet article ne pourra pas leur apporter de solution. Je sais que ces femmes qui souffrent chaque moi pendant leur cycle sont méprisées et parfois mêmes moquées par d’autres femmes et ça me révolte. Les médecins eux mêmes n’ont parfois pas conscience de ce que nous vivons en tant que femme…

  • Je vous conseille le replay de l’émission de la chaîne Teva qui s’appelle ‘Génération No pilule’* qui a été un moteur de plus à ce que j’écrive enfin cet article. Mon amie Ninon avec qui je partage (entre autre) quelques malheurs de la vie a participé à cette émission et a aussi eu envie d’arrêter la pilule. Elle a écrit un article sur son blog qui vous permettra d’avoir un autre avis, un autre témoignage. Ce post a été énormément commenté et je suis sûre que vous y puiserez des informations précieuses…

*le replay de Teva est payant mais si vous avez une box Orange apparement vous y aurez accès sur votre TV, c’est comme cela que j’ai pu voir l’émission.
Ne prenons pas la pilule comme on prend un doliprane, réfléchissons aux différentes options qui s’offrent à nous, renseignons-nous, faisons preuve de discernement, ne donnons pas notre entière confiance aux médecins, voilà ce que j’ai appris de mon expérience et j’espère vraiment que ces lignes vous aideront ♥

Belgique : Gand & Anvers

Gent et Antwerpen ou Gand et Anvers c’est vous qui voyez mais ne soyez pas surpris que dans un pays aussi open que la Belgique, on utilise tantôt le flamand tantôt le français.

Cet été, nous sommes partis en famille pour la première fois jusqu’à Amsterdam en passant par Bruxelles, Anvers et Gent. J’ai mis énormément de temps avant d’écrire cet article et c’est l’erreur à ne pas commettre car c’est beaucoup plus difficile de se remémorer certains détails 7 mois après…

Cependant, impossible de ne pas écrire quelques mots sur ces deux villes et sur la Belgique en général. Je n’ai pas vraiment exprimé à quel point j’adore la Belgique dans mon précédent article sur mes bonnes adresses bruxelloises pourtant c’est vraiment un pays qui m’attire par sa double culture,  ses habitants adorables, ses nombreux concept stores, ses bons restaurants et son ambiance tellement cool… Quand je dis que j’adore la Belgique on me regarde avec de grands yeux car quand on pense à la Belgique, on pense : accent belge, blague belge et aussi aux candidats de téléréalité 🙂 Mais c’est vraiment dommage et il ne faut pas s’arrêter à ce genre de clichés.

Je peux vous assurer que pour avoir voyagé 6 fois aux Etats-Unis, je retrouve une atmosphère chaleureuse dans les rues des villes Belges que j’ai pu ressentir en Californie. L’architecture est plus proche des pays scandinaves que de celle de la France et ce n’est pas pour de déplaire. Ces briques rouges et ces couleurs sont tellement charmantes…

Notre appart à Gand était ravissant. Une déco bohème parfaitement maîtrisée, du béton ciré au sol, des coussins partout avec des magasines et des plaids à disposition, une petite véranda ET un patio avec une balançoire en bois ! C’était le lieu parfait pour un mini séjour dans cette ville si jolie. Nous avions réservé par Booking mais je vois que le logement n’est plus dispo à la location par contre j’ai trouvé leur compte ‘instagram‘ si vous souhaitez prendre contact pour y séjourner.

J’ai connu Gand grâce à Anne et Laëtitia qui ont écrit des articles très intéressants sur les bonnes adresses végétariennes que l’on trouve là bas et je ne regrette absolument pas d’y être allée à mon tour. Je n’ai pas pu tester tous les restaurants et je ne serais pas contre y retourner un de ces jours. Moi qui rêve de partir vivre à l’étranger, je me vois même très bien y habiter. J’ai été totalement conquise par celle que l’on pourrait qualifier de petite Bruges.

Que faire à Gand ? flâner dans les petites rues pavées, découvrir le quartier historique, bruncher au Pain Quotidien dans l’ancienne Poste qui a été entièrement refaite et qui est devenue un lieu ultra branchée avec son sol en béton et où l’on peut y dépenser son argent dans la fabuleuse boutique Sissy-Boy, un vrai coup de coeur ! Mais aussi : Faire un tour en bateau pour découvrir la ville différemment, déguster une délicieuse gaufre liégeoise au bord de l’eau, s’arrêter un instant dans la jolie papeterie The Other Shop et repartir avec quelques accessoires pour la maison dénichés dans la super boutique Dille & Kamille (dont je vous parle dans l’article sur Bruxelles)…

Pour finir, un court arrêt dans la ville d’Anvers que j’aime aussi beaucoup. De même que dans toutes les villes belges que j’ai visité, je m’y sens bien. Elle est vivante et paisible à la fois, il y a vraiment un ‘je ne sais quoi’ qui me parle quand je suis là bas et puis cette fois-ci, j’ai pu découvrir le mini jardin botanique et je l’ai trouvé très agréable quand on cherche un peu le frais durant le mois d’août. Et puis un endroit à ne pas louper à Anvers, c’est la gare qui est absolument magnifique et qui m’a rappelé la fameuse scène du retour de Serena à NYC quand elle arrive à Grand Central ^_^


 Un concept store de folie à ne surtout pas louper : Jūttu ! Une boutique qui n’a rien à envier à Urban Outfitters avec de la déco tendance, un corner de cosmétiques bien choisies, des marques engagées (ex : Matt and Nat), des fringues de folies et même un petit coffee shop dans un seul et même endroit !

Et pour finir, une adresse VG Friendly (sans graisse animale) pour les amoureux de frites, son nom : Frites Atelier – Amsterdam. J’ai un souvenir très clair d’y avoir dégusté les meilleures frites de ma vie avec un choix de sauces maison à tomber (surtout celle à la truffe).

Ma trousse à maquillage de maman pressée

Même si le titre évoque le fait que je sois maman, je pense que beaucoup de filles/femmes et bien sur mamans pourront se reconnaitre dans la démarche qui est la mienne depuis quelque temps, à savoir : alléger ma trousse à maquillage pour ne garder que l’essentiel !

J’ai de plus en plus envie de changer un peu mon mode de consommation dans beaucoup de domaines et aujourd’hui c’est de maquillage dont il est question.

1er argument : je manque de temps

L’arrivée d’un bébé dans ma vie a fortement bousculé mes habitudes et j’ai beaucoup moins de temps à m’accorder. Parfois, je fais moins attention à la manière dont je m’habille et je prends moins le temps de me maquiller. Mais attention, ce n’est pas quelque chose que je vis mal,  j’ai juste naturellement porté mon attention sur Madeline plutôt que sur moi. Ca ne veut pas dire pour autant que je me laisse aller…

2ème argument : une démarche plus écolo et cruelty free

J’essaie de faire évoluer mon mode de consommation global et le maquillage en fait parti. Je ressens le besoin de ne garder que l’essentiel pour mon quotidien. Les produits qui composent ma trousse à maquillage aujourd’hui ne sont cependant pas tous cruelty free. Je vais les terminer et par la suite, je vais essayer de trouver leurs équivalents mais qui n’auront pas été testé sur les animaux. Pour ça, évidemment, la PETA donne la liste des marques cruelty free et puis je sais que je peux puiser plein d’infos sur le blog de Coline par exemple.

 Ma trousse à maquillage en détails :

  • Une crème lissante Shiseido, Ibuki. Je suis très fidèle à cette marque japonaise et surtout à la gamme Ibuki qui correspond à ma peau mixte. Ce filtre lissant s’applique avant ou par dessus le maquillage sur la zone T pour matifier et resserrer les pores. J’adore l’effet lissant et sa texture invisible qui a pourtant un efficacité instantanée.

  • Une BB crème nude de la marque coréenne Erborian. J’ai testé plusieurs des BB crèmes de cette marque et j’en suis tout le temps satisfaite. La texture de celle-ci est agréable, douce et fraîche. Le côté hydratant est bien présent mais elle ne fait pas briller ma peau (surtout avec la crème lissante Shiseido en dessous). Par contre, elle est moyennement couvrante. C’est ce que je recherchais car je n’ai plus envie de couvrir ma peau avec un fond de teint étouffant mais si j’ai des imperfections je vais devoir en mettre d’avantage ou bien sortir un vieux FDT de mon placard 🙂

  • Je termine mon teint avec une poudre qui peut être utilisée directement comme fond de teint mais personnellement, je l’applique pour rehausser mon teint et matifier à nouveau. C’est une Sephora ‘matifiant 8H’ n°33

  • Un petit coup de blush Galifornia (rose doré) de chez Benefit et hop, le tour est joué !
  • Côté accessoire : c’est un pinceau classique poudre 301 de chez Hema que j’utilise, il a un rapport qualité prix au top.

  • Fini la base pour les paupières et le liner. Il y a même des jours où je ne mets pas de mascara. Du coup, j’applique directement sur mes yeux les fards de la palette ‘En taupe‘ de chez Zoeva. Cette marque est cruelty free et fixe des tarifs assez raisonnables. J’aime énormément cette palette de fards nudes/naturels. Pour voir que je mets pas de base, la tenue est très correcte. On m’a aussi offert une palette Dior avec de jolis tons rosés et je vais donc l’utiliser à l’occasion plus que pour le quotidien.

  • Pour les jours où j’en ai envie, j’utilise le mascara Better Than Sex de chez Too Faced et il est franchement très efficace pour le volume. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il porte bien son nom mais il se défend très très bien ^_^ et puis la marque est cruelty free donc je n’ai pas de raison d’en changer à l’avenir.

  • Mon anticerne est le BO-ING de Benefit en teinte medium. Il a une texture assez crémeuse et se dépose au doigt ou au pinceau sur les cernes. Il n’est pas ultra couvrant mais pour mon utilisation, il me suffit et j’assume mon regard parfois un peu fatigué ^_^ Mes lunettes cachent un peu mes cernes !

  • Pour les sourcils, je ne jurais que par la marque Benefit que j’aime toujours mais j’ai découvert récemment le crayon de chez L’atelier du Sourcil en teinte taupe et j’en suis très satisfaite. D’ailleurs depuis quelques temps, je me fais épiler les sourcils à la pince à l’Atelier du Sourcil de Clermont-Ferrand et je suis contente du résultat. C’est beaucoup moins cher qu’au Brow Bar de chez Sephora. Par ailleurs, je n’ai jamais été déçue du Brow Bar de Clermont et je vous conseille 1000 fois de passer avec Julie qui est adorable. De mon côté, je fais un petit break de l’épilation à la cire. Et pour finir le maquillage de mes yeux, j’utilise le gel fixateur à sourcils Gimme Brow de chez Benefit.

  • Je n’ai que des RAL mats. Celui que je mets presque tous les jours est un NYX Lip Lingerie dans la teinte ‘bedtime flirt’ et il est ultra naturel. Pour un RAL mat, il n’est pas du tout asséchant et il est même agréable à porter. Sa tenue est longue, je l’adore ! Seul bémol, NYX a été racheté par L’Oreal qui est une marque dans le viseur des associations de protection des animaux depuis des années mais qui continue de pratiquer des tests sur ces derniers. La politique cruelty free de NYX reste inchangée depuis son rachat par le grand groupe L’Oreal mais côté éthique, la question se pose de la pertinence d’acheter des produits appartenant à un groupe qui ne veut pas s’engager à stopper les tests sur les animaux…

  ‘Elle pourrait quand même assortir sa tenue à la mienne !’  Madeline

En résumé, ce qui a changé récemment c’est à la fois le nombre de produits que j’utilise mais aussi le fait de réfléchir à chaque achat.  Je me rends compte que j’avais plusieurs produits qui avaient la même utilité mais dans des marques différentes…  J’ai aussi beaucoup utilisé de pinceaux et d’éponges pour appliquer le maquillage mais je trouve que tout ceci n’est pas forcément utile pour un joli rendu naturel. Avec une BB crème, on peut tout à fait avoir une application au doigt, c’est d’ailleurs ce que je fais depuis des mois.

Je me raisonne de plus en plus à freiner la surconsommation quotidienne. Je réfléchis plus sérieusement avant d’acheter de nouveaux produits et je me tournerai à l’avenir vers des cosmétiques non testées sur les animaux ♥

Idées déco du moment

Depuis plusieurs mois, je me tâte à changer le fauteuil jaune moutarde qui trône au milieu de notre salon. On ne peut pas le rater, sa couleur donne beaucoup de pep’s à notre intérieur. On me dit souvent qu’il se marie bien avec notre déco assez green mais j’avoue que je m’en suis lassée. Pour moi qui aime les intérieurs colorés, impossible de choisir un fauteuil beige ou noir pour remplacer le nôtre… Ce dont je rêve en ce moment, c’est d’un fauteuil vert qui se fonde totalement dans le décor, entre mes nombreuses plantes et mon sol gris clair.

J’aime bien les sites inspirants qui donnent des idées déco. Grande utilisatrice de Pinterest, j’aime aussi passer du temps sur le site du fabuleux magasin Anthropologie. Mais dernièrement, j’ai découvert le site LionsHome et j’adore leurs sélections. Avec son allure de blog déco, LionsHome est ultra pratique d’utilisation. C’est d’ailleurs en cherchant mon futur fauteuil vert que j’ai passé du temps sur ce site qui renvoie directement sur des sites marchands : Made, La Redoute, Amazon

Une petite sélection des fauteuils verts trouvés grâce à LionsHome :

*photo de gauche : Ikea  / photo de droite : blog TessieFay

Je vais devoir attendre un peu avant de pouvoir m’offrir un nouveau fauteuil car j’ai d’autres dépenses plus urgentes mais je suis sûre qu’un peu plus de vert dans une pièce de vie est toujours une bonne idée ^_^

Je vous laisse avec une sélection divers de la nouvelle co’ Maisons du Monde que je trouve plutôt cool ! Je flash notamment sur le meuble d’entrée en bois, les motifs fleuris façon ‘tattoo’ de la collection Suzon ♥ et aussi pour les objets en céramique que j’adore…


Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

Mon top 5 séries EVER !

Faire un top 5 de mes séries préférées, c’est bien trop dur pour moi, c’est même un challenge ! Déjà, dans la vie courante, devoir choisir un paquet de pâtes dans le rayon peut me prendre 10 minutes alors devoir ne choisir QUE 5 séries parmi le panel très large de toutes les séries que j’ai pu voir et aimer, ce n’est pas simple du tout ! #TeamBalance #Incapabledefaireunchoix

Mais c’est tout l’interêt de l’article et j’espère que vous pourrez vous aussi, soit reprendre cet article, soit me dire quel est votre top 5 en commentaire…

D’ailleurs, j’ai déjà écrit des articles à propos des séries que je regarde et vous pouvez les retrouver ‘ICI

Je ne sais pas du tout si vous allez être surpris par mon top 5 mais c’est un condensé de moi que je vais vous livrer : des séries bien différentes les unes des autres, parfois très mainstream, parfois peu politiquement correct, parfois honteuse ^_^

MON TOP 5 SERIES (sans ordre de préférence, ne me demandez pas l’impossible) :

Malcolm in the middle : intemporelle, cette série nous propose plusieurs grilles de lecture et c’est bien pour ça que je l’aime autant. Vous connaissez déjà tous cette famille présentée comme étant déjantée, elle nous fait bien marrer : ça c’est le postulat de départ mais je ne suis pas tout à fait d’accord. Pour moi c’est juste une ‘vraie’ famille proche de la réalité, pas celle qu’on nous vend trop souvent à la tv… Elle est composée de parents qui bossent durs pour payer leur baraque toute pourrie, leurs factures et qui galèrent quand la machine à laver tombe en rade tous les 4 matins.

Dans cette série, il y a de la poussière sous le canapé, il y a des fruits qui moisissent dans le frigo, il y a le jardin le moins entretenu du quartier (et ça, ça craint aux States), une famille qui crie tout le temps, qui mange un ‘plat de restes’ avec une couche de tous les restes des repas de la semaine plus une couche du ‘plat de restes’ de la semaine dernière…

Et surtout, une mère de 5 garçons (6 avec son mari), qui mène sa barque tant bien que mal, qui transmet les valeurs essentielles de la vie à ses enfants qui ne sont pas du tout réceptifs à l’âge qu’ils ont dans la série. Une femme qui est employée libre service / caissière dans un supermarché et qui peut rivaliser avec un chef de l’armée si elle le souhaite. Elle ne se laisse JAMAIS rabaisser par quiconque ! Sans elle (Loïs), il n’y a pas de série. Tout est tourné autour du fait que les 5 garçons sont constamment en désobéissance et en défi envers leur mère.

Celui qui trinque le plus du conflit mère/fils, c’est Francis, l’aîné. Jusqu’à la dernière minute du dernier épisode de la série, on sait qu’il n’a pas encore su gérer sa défiance envers sa mère. Des 4 autres fils, c’est Reese qui me fait le plus marrer parce que j’aime les personnages bêtes et sans limite.

Malcolm est un petit génie, il joue le rôle du mec qui analyse tout, tout le temps. On sent le futur adulte torturé, ulcéré par la société et la connerie ambiante. Il est dans une classe de ‘têtes d’ampoules’, propres sur eux, jamais un pet de travers mais ce que j’aime chez Malcolm, c’est qu’il passe du tout au tout, il s’adapte aux situations. Chez lui, il fait les pires conneries avec son frère Reese mais ça ne l’empêche pas de briller intellectuellement.

Et puis il y a Dewey, celui que tout le monde trouve mignon et cool. C’est le petit artiste de la famille, il est toujours incompris et s’il y a bien une chose qui agace profondément Malcolm étant très cartésien,  c’est que Dewey a une qualité qu’il n’aura jamais : la fibre artistique. Je passe rapidement sur Jamy qui est trop petit et qui n’apporte pas grand chose à la série.

Pour finir, un mot sur Hal, le père de famille, voici son portrait : il aime ses enfants et par dessus tout sa femme, il n’aime pas son boulot mais il faut bien payer les factures, c’est encore un grand enfant et il n’a AUCUNE autorité sur ses fils qui en jouent dès que l’occasion se présente. Il est drôle à son insu mais parfois too much à mon goût.

Pour moi cette série, c’est un angle de vu, sur la société, la réussite sociale, l’absence de réussite sociale, sur la famille, les valeurs familiales, sur l’adolescence, sur les rapports hommes femmes, sur les rapports parents enfants. J’arrive très bien à me projeter quand je la regarde, en tant qu’enfant d’abord et en tant que parent ensuite. Je me dis que si on n’a plus d’argent à la fin du mois, on fera comme eux : système D et YOLO ! On repousse les factures, on verra plus tard… J’aime le fait de ne pas s’arrêter aux apparences et c’est là que l’on sent la seconde grille de lecture dans tout ça : cette famille ne roule pas sur l’or, n’a pas la plus belle pelouse, ni la plus belle voiture. On pourrait croire que ce sont ce qu’on peut appeler vulgairement des cas soc’ et puis c’est vrai que les parents n’ont pas grimpé dans l’échelle sociale comme dans tellement de séries américaines, mais c’est une famille vivante et aimante. C’est peut-être ça la morale de l’histoire ? +1 pour le personnage de Craig et son chat Caramel !

East Bound & Down : Kenny Powers. Alors là autant vous dire que c’est la série la plus trash, vulgaire et grossière que j’ai jamais vu ET aimée… L’Amérique puritaine ? Je n’y crois pas une seconde. On nous rabâche tant de conneries sur les States mais si je devais donner un adjectif qualificatif à ce pays, ça ne serait pas ‘puritain’ que j’emploierais et loin de là…

Pour en revenir à cette série totalement WTF, il s’agit en fait de l’histoire d’un joueur de Baseball ringard qui porte une magnifique coupe de cheveux mulet bouclée la plus improbable qui soit et qui est totalement tombé dans les oubliettes.

Problème ? Le monsieur a l’égo le plus surdimensionné qu’il m’ait été donné de voir chez un personnage de fiction. Allant d’échec en échec dans son objectif de revenir en majeur ligue de Baseball, Kenny ne lâche jamais l’affaire. Moqué par beaucoup de gens, il incarne pourtant le rôle de Dieu vivant auprès de Stevie Janowski, son acolyte le plus fidèle qui le suivra du Mexique jusqu’à Myrtle Beach, en Caroline du sud. Là ou Kenny va, Stevie y va aussi, n’hésitant pas à s’endetter et à se faire lyncher à chaque épisode par son Dieu Kenny !

Ne cherchez aucune morale ni aucun bon sens à cette série… Je pense qu’elle a été crée pour un public averti qui sait à quoi s’attendre avec Danny McBride (Kenny Powers) que vous avez, par exemple, pu voir dans : Tonnerre sous les Tropiques et dans This is the end (pour vous donner une idée du personnage).

Mon petit conseil : regardez en VF car les voix de doublage françaises sont impeccables, elles apportent étrangement une plus-value selon moi. D’ailleurs, je voue une passion pour certaines voix de doublage et même s’il ne verra jamais ce message, j’ai juste envie de dire BRAVO à Pascal Casanova qui double Danny McBride et qui est vraiment parfait ^_^ Voilà, Pascal je te kiffe !

Girls : Impossible de ne pas inclure la série Girls dans ce top 5. Je ne suis pas une fan absolue de Lena Dunham et je sais combien elle est clivante et dérangeante. C’est justement ce que j’aime chez elle, sans être forcément d’accord avec tout ce qu’elle dit ou fait.

Pour rappel, Lena Dunham est la créatrice de Girls et elle est le petit poulain de Judd Apatow qui est le maître des comédies d’humour.

On arrive facilement à confondre Lena Dunham et son personnage Hannah dans la série. Hannah est une anti-héroïne new yorkaise contrairement à Carrie Bradshaw dans Sex and The City qui elle, est une héroïne parfaitement parfaite.

Je fais ce comparatif car Girls peut effectivement être qualifiée d’un SATC moderne et branché/hipster (je n’aime pas ce terme mais ça donne une image assez claire de la série). Perso, j’aime les deux séries, j’ai d’ailleurs hésité à faire entrer SATC dans ce top (mais ça serait trop long de vous expliquer ^_^ et cet article est déjà bien fourni je crois).

Je disais que Lena Duhnam dérange car elle a réellement bousculé les codes. Je crois que c’est bien la première fois que l’actrice principale d’une série est : une fille aux cheveux très courts et à la coupe approximative, ronde, tatouée, n’ayant aucun problème avec la nudité voire même un certain goût pour l’exhibition, ayant aussi une attirance pour l’auto destruction et n’étant ni riche ni pauvre (ce qui est rare dans les séries américaines).

La série tourne autour de la vie quotidienne d’Hannah et de ses 3 BFF bien différentes les unes des autres.  J’ai un faible pour ce genre de séries qui peuvent paraître futiles et sans grand intérêt mais qui abordent parfois de manière sous-jacente des sujets de société importants comme le féminisme, l’amitié ou l’amour bien sur.

The Office version US : une série culte (comme Malcolm) mais que j’ai vu seulement pour la première fois en 2016. J’ai attendu très longtemps pour la regarder du début à la fin. Maintenant, je me demande pourquoi j’ai attendu autant avant de suivre cette série tellement drôle et rafraîchissante.

Le genre de séries que l’on peut picorer en regardant un petit épisode pris au hasard (comme Friends par exemple) mais qui mérite vraiment d’être suivie de A à Z (pas comme Friends, sorry not sorry).

Alors, pour ceux qui ne connaissent pas The office (j’en doute quand même), c’est l’histoire de Dunder Mifflin, une entreprise qui vend des ramettes de papier ! Plus classique tu meurs… C’est tout l’attrait de la série : un groupe de commerciaux de pacotilles qui vendent du papier et un patron complètement barré alias Michael Scott, incarné par le fabuleux Steve Carell qui malheureusement quitte la série 2 saisons avant la fin et ça c’est craignos car personne ne le remplace réellement après son départ.

Cette série est bien fichue, je n’ai pas l’impression qu’il y ait beaucoup de budget pourtant mais ce sont les acteurs qui performent dans leurs rôles respectifs. Les collègues ‘relou’, le patron débile et sexiste, le coin ‘photocopieuse’, la salle de repos et les odeurs du repas de chacun : on s’y croirait !

J’ai un vrai problème pour choisir la dernière série que je décide d’intégrer à mon top 5 (quand je vous dis que je ne sais pas choisir). J’hésite entre 3 : Looking, Love ou Louie. Looking se passe à San Francisco, Love à Los Angeles et Louie à New York, vous me direz on s’en fout un peu, mais moi pas… Quand je regarde une série, j’adore pouvoir m’imprégner de l’ambiance de la ville et même du quartier où vivent les personnages. J’ai pas mal voyagé dans ces 3 villes donc j’aime reconnaître ses endroits mythiques pour moi et ça joue vraiment dans le fait de me plonger dans une série à fond.

Bon allez, je choisis Love parce que Looking a été arrêté (même si pour une fois HBO a bien voulu produire un épisode final d’1H30 plutôt que de laisser les amoureux de la série en plan) et puis Louie est produite et crée par Louis CK et  vu les chefs d’accusation qui pèsent contre lui en ce moment (#balancetonporc), je l’élimine aussi de mon top (même si la série est géniale). D’ailleurs je pense que cette série a fortement influencé celle qu’est entrain de produire Gad Elmaleh, qui est basée (et fictionnée) autours de sa propre vie et pour qui Louis CK est un mentor. A suivre…

Love : je vous parlais de Judd Apatow dans le paragraphe concernant Girls et bien c’est aussi lui qui se cache derrière Love. Love est ce qu’on appelle une anti rom-com puisqu’elle démonte un à un les clichés habituels des séries romantiques : personnages principaux canons, excellente situation professionelle et hop, au bout de 3 saisons les personnages principaux se marient et attendent un enfant… AU SECOURS !

Love est un peu différente : Gus et Mickey ne tombent pas amoureux au premier regard mais disons qu’ils vont faire leur petit bonhomme de chemin avant de se rendre compte qu’ils peuvent éventuellement essayer de former un couple. Ce qui est compliqué et à la fois très intéressant chez ce couple de trentenaires, c’est que Mickey (la fille) est un personnage torturé : alcoolique, sexuellement perdue et toxico, sacré cocktail ! Mais on met du temps à se rendre compte qu’elle souffre de ses ‘démons’. Mickey est agaçante, irritante, mais aussi très jolie et elle donne l’apparence d’être sûre d’elle, c’est peut-être ce qui plait à Gus qui lui, est plus rationnel, posé, sympathique, au physique banal et sortant d’une relation longue et planplan.

L’amour reste le sujet principal de cette série qui crée une réelle addiction chez moi. Je me délecte de chaque épisode, les palmiers californiens et le soleil en background et puis ce petit couple auquel j’ai envie de croire malgré les embuches, les ratés et les troubles émotionnels de Mickey.

Voilà, je vous ai livré mes petites pépites, 5 séries qui m’ont marqué et qui me marquent encore au quotidien, m’influencent parfois ou me laissent simplement un doux souvenir. Il y a aussi des répliques cultes qui reviennent en temps voulu et puis, chez nous, les séries se regardent à deux, ce sont nos moments à la fois détente et culture (car on lit assez peu, il faut bien l’avouer) et je crois que l’on ne pourrait plus se passer de notre dose quotidienne de séries.

D’ailleurs en ce moment, on se refait l’intégrale de Mon oncle Charlie, on dévore chaque épisode de High Maintenance et on attend la saison 3 de Love avec impatience…

Dans cet article j’aurais pu vous parler de Master of None, de The handmaid’s tale, de Transparent, de The OA, de Easy ou encore de Big Little Lies qui sont autant de séries que j’ai beaucoup aimé dernièrement… Et je pourrais aussi écrire un article à propos des séries que je n’ai pas aimé car il y en a un paquet…

Et vous alors, quel est vote top 5 ?

Risotto verde

De retour avec une recette que je décline sans cesse : le risotto !

Aujourd’hui c’est un risotto vert que je vous propose et j’espère que ma recette vous donnera envie. Les plats italiens sont définitivement les meilleurs et je n’en suis pas à mon coup d’essai concernant le risotto. J’en fais très souvent et j’utilise le riz italien Gallo la plupart du temps mais je me souviens avoir travaillé une recette pour Taureau Ailé que vous pouvez retrouver juste ‘ici‘.

Pour la confection de ce plat, j’ai utilisé du très bon matériel que ça soit pour la cuisson ou pour la découpe.

Si une plante a besoin de lumière et d’eau pour être en bonne santé et bien je crois que pour réussir un plat il faut tout simplement du bon matériel. Je dis ça pour déculpabiliser toutes les personnes qui se disent nulles en cuisine. Je fais le parallèle avec les plantes car on me dit souvent que j’ai la main verte en voyant mes photos sur instagram mais c’est faux. J’ai juste beaucoup de lumière dans mon salon 🙂 C’est pareil pour cette recette, j’ai une bonne casserole, de bons couteaux, un bon riz spécial risotto et des légumes bio ! That’s all folks…

Depuis quelques semaines, j’utilise la casserole Balancia (avec passoire intégrée) de chez Mastrad. Cette casserole c’est un petit bijou parce qu’elle répond à plusieurs de mes attentes : elle est tous feux et quand on déménage souvent et que l’on passe du gaz au vitro céramique ou à l’induction, on est bien content d’avoir un matériel passe partout. Ensuite, elle ne prend pas de place malgré sa grande capacité et puis le top du top : elle a une passoire intégrée et je n’avais encore jamais vu ça… La passoire peut aussi être utilisée seule bien évidemment. En gros, c’est du 2 en 1 donc un gain de place et de matos. Pour les petites cuisines, c’est l’idéal… Et si vous souhaitez vous laisser tenter par le site Mastrad, sachez que la marque vous permet d’obtenir 15% de réduction grâce au code : CITRONNADE15

Sur le site Mastrad, il y a aussi tout un tas d’accessoires dédiés à la cuisine et à la pâtisserie. Le genre de site où je peux passer une heure à parcourir tous les onglets…

Pour les légumes, j’ai utilisé le couteau de découpe et d’épluche : Edge of Belgravia. Je ne connaissais pas cette marque il y a encore quelques semaines mais je suis conquise par la gamme en acier ‘precision‘ qui est ultra sobre avec ce coloris noir. Les couteaux sont un peu lourds mais forcément ils sont solides et on ne risque pas de se retrouver avec le manche dans la main (ça m’est déjà arrivé ^_^) Ca faisait plusieurs années que je voulais investir dans de bons couteaux… Je crois que c’est encore mon côté mamie qui ressort mais quand même, un couteau adapté à chaque aliment, c’est le top quand on cuisine ^_^ Celui que je préfère dans le coffret que j’ai reçu, c’est le couteau à pain qui est aussi parfait pour découper les cakes. J’ai vu qu’on pouvait passer commande directement sur leur site et aussi sur la Redoute ou Cdiscount par exemple.


 On fait bouillir 1L d’eau dans une casserole avec un cube de bouillon de légumes (c’est une recette veggie of course) . Dans une autre casserole, on verse environ 150 gr de riz spécial risotto dans un fond d’huile d’olive et on remue pendant une minute . On ajoute une louche d’eau du bouillon de légumes et on attend que le riz absorbe l’eau . On ajoute ensuite : un blanc de poireau et un brocoli coupés en petits morceaux . On couvre avec de l’eau de bouillon . On fait cuire à feu moyen en rajoutant du bouillon, louche après louche, jusqu’à cuisson totale du riz . Ajouter 15cl de crème (de soja par exemple)
BONUS : Servir le risotto avec un petit pesto minute revisité en hachant et mélangeant : persil, graines de tournesols, sel, ail et huile d’olive et enfin quelques feuilles de roquette pour la déco et du fromage râpé pour l’onctuosité.

BON APPETIT !

Sur ma table :
Une nape ‘vert ancien’ h&m home . Les torchons et une tasse à carreaux de la nouvelle collec’ Bouchara . Une assiette creuse Ikea . Une assiette à rebord mint Sostrene Grenes . 2 petits bols style céramique Sostrene Grenes . La super bougie Bestow de Lulie Wallace trouvée chez Very Nice Things à Clermont.

Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

Lutter contre le mal de dos

Un article un peu différent aujourd’hui puisqu’il va traiter d’un sujet pas très sexy : le mal de dos !

J’avais vraiment envie d’aborder ce genre de post avec vous parce que je pense que mon lectorat évolue en même temps que moi et de fait, le mal de dos en concernera plus d’un(e)…

Au cas où vous pensiez encore (naïvement) que la grossesse ne laisse aucune séquelle à votre corps, ne lisez pas cet article et restez dans votre petite bulle d’insouciance ^_^

Moi même, je me disais que j’échapperai à la fameuse lombalgie qui fait tant souffrir mais NON ! Elle est bien là, elle ne se fait jamais oublier, du matin au lever jusqu’au soir au coucher. On vit avec, on passe un pacte avec elle, elle nous laisse tranquille à certains moments de la journée mais elle revient sournoisement à la charge sans prévenir au moment de vous baisser pour sortir votre bébé (votre lourd bébé de 9 mois) de son lit qui vous paraît alors si bas… 🙂

Bon ok, j’exagère légèrement MAIS dans mon cas je souffre de cruralgie qui est une sorte de dérivée de la sciatique, en encore plus sympa puisqu’elle irradie de douleurs jusque dans les jambes. Je n’ai  pourtant jamais eu mal au dos de ma vie jusqu’à ma grossesse. Je sais que je ne suis pas la seule à souffrir dans le bas du dos. Les hommes, les femmes, les femmes enceintes donc et puis les gens en surpoids (pas tous évidement), les personnes qui ne bougent pas assez et qui ont un travail en position assise et j’en passe. Quand on on cumule plusieurs de ces cas, tout comme moi, le mal de dos persiste…

Des spécialistes il y en a, et si je peux me permettre, seul le chiropracteur réussit à me soulager car il agit sur les terminaisons nerveuses, ce qui est souvent le plus efficace quand on a une sciatique. Seulement voilà, les rendez-vous chez les spécialistes sont très onéreux et peu, voire pas du tout, remboursés par la sécu… Du coup, je me suis tournée vers un accessoire qui me faisait de l’oeil depuis un petit moment : le tapis d’acupression ! Et en faisant la calcul, je me rends compte que le prix du matelas équivaut à seulement 2 séances chez un spécialiste…

Il paraît bien mignon d’apparence avec ses petites fleurs colorées et son habillage en lin mais méfiance parce que les 200 fleurs (environ) dont les pétales sont pointues, agissent comme de véritables anti-douleurs pour tous les maux de dos possible ! Et même sur les migraines, l’arthrose, la circulation sanguine, le sommeil et j’en passe.

Franchement, je suis comme tout le monde, je suis méfiante et je ne crois pas aux miracles ! J’avais entendu beaucoup de bien de ce tapis aux multiples vertus mais j’avais besoin de le tester sur une longue période (plusieurs mois) avant de vous en parler ici et je dois dire qu’il m’aide vraiment au quotidien à surmonter ce fichu mal de dos chronique !

D’ailleurs, à la maison, nous sommes 2 adultes à l’utiliser pour des maux de dos totalement différents et même si nous ne sommes pas encore guéris, on s’accorde totalement pour dire que les séances quotidiennes d’environ 15/20 minutes que l’on pratique, nous apaisent en plus de nous soulager.

En fait, ce matelas fonctionne par libération d’endorphine et plus précisément parce que le fait de s’allonger sur ces petites fleurs pointues, stimule notre circulation sanguine au point de pouvoir ‘planer’ au bout de quelques minutes, le temps de passer au delà de la ‘douleur’ que procurent les points d’acupression sur notre dos.

→ Est-ce vraiment douloureux ?

Il faut s’allonger sur le matelas que l’on pose sur un canapé ou bien à plat sur un lit par exemple. Le mieux étant d’être dos nu pour laisser agir au maximum le procédé naturel de libération d’endorphine. Pour ma part, j’ai encore du mal à l’utiliser sans porter un Tshirt fin. Pour la plupart d’entre nous, l’aspect pointu des petites fleurs est tout à fait supportable mais peu importe, le résultat est quasiment le même que vous portiez ou pas un tshirt (à condition qu’il soit fin).

Pour finir, un petit mot sur les points d’acupression. Cette technique qui consiste à dévier une douleur par une autre (en gros), je la connaissais déjà avant d’utiliser ce matelas car je l’ai pratiqué dans d’autres circonstances pendant mon accouchement ! C’est grâce aux cours d’haptonomie que j’ai appris tout ça. Le fait d’appuyer fort sur des points stratégiques du corps quand une douleur devient trop intense, comme celle d’une contraction, m’a permis de tenir sans péridurale pendant plusieurs heures. Ce tapis fonctionne de la même façon. Il appuie partout dans votre dos et on oublie très vite le point douloureux de base puisque les ‘picots’ des fleurs agissent partout et finissent par vous aider à libérer de l’endorphine…

Après quelques mois d’utilisation, le bilan est positif. Je ne prends plus d’anti-douleurs que je supporte d’ailleurs très mal. En plus, j’évite aux maximum toute prise de médicament. Le tapis ne m’a pas encore guéri mais il m’aide au quotidien et je crois être sur la bonne voie.

Bien sur, si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’en parler en commentaire 🙂
Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

8 mois avec Lillydoo

Je vous parle des couches Lillydoo depuis la naissance de Madeline ici et sur Instagram tout simplement parce que le choix des couches est devenu un véritable sujet fâcheux pour les parents les plus méfiants d’entre nous. Pourquoi ? Parce qu’avoir confiance en une marque ou en la grande distribution est devenu mission impossible !

Je pense qu’il est inutile de parler du sujet ‘Lactalis’ qui n’a rien à voir avec les couches mais qui concerne la santé de nos bébés. Savoir que certains grands groupes sont conscients de nous mettre en danger me rend totalement folle. D’ailleurs en tant que femme, la question de la protection périodique est aussi compliquée que celle du choix des couches pour les enfants. Quelle marque de protection féminine ou de couche vendue en grande surface n’utilise ni perturbateurs endocriniens, ni glyphosate, ni paraben ?

60 millions de consommateurs s’est penché sur la question en publiant les tests de certaines marques de couches qui ont bien voulu se prêter au jeu (ce qui implique que toutes les couches vendues en France n’ont pas été testé). Il en ressort uniquement 2 pour lesquelles les résultats sont satisfaisants. Il s’agit des marques :

– Mots d’enfants Marque repère (Leclerc)
– Love and Green écologique

Sachez aussi qu’en matière de couches, les labels bio/écolo n’assurent aucunement l’absence de produits dangereux dans leur composition. Certaines marques ‘écolo’ ont été testé et ont obtenu des résultats inquiétants. En tant que grande consommatrice de produits Bio, je reste sans voix.

Il y a un an déjà, je me penchais donc sur cette question épineuse après avoir pris connaissance de ces tests. Quelle marque allions-nous donc choisir ?

La marque repère Leclerc nous semblait être un bon choix puisque les résultats des tests de 60 millions de consommateurs étaient bons et que nous faisons assez régulièrement nos courses chez Leclerc (mais ça on s’en fout hein).

Un paquet nous aura suffit pour trouver les couches bien moins douces que les Lillydoo que j’avais reçu pour test. J’avais fait des recherches sur le net pour tenter de trouver des couches ‘clean’. Je tombe sur le site Lillydoo, qui en plus de proposer des couches à la composition bien meilleure que celles de toutes les autres marques, vous livre à domicile des couches dont la douceur est incomparable.

Pour rentrer un peu plus dans les détails, les couches Lillydoo sont tout aussi absorbantes que des Pampers (que j’ai testées à la maternité) ou bien que les marques repères Leclerc. En presque 9 mois, je compte les fuites sur les doigts d’une main donc autant dire que l’on est totalement satisfaits de cette marque. Et puis un détail et non des moindres : la marque Lillydoo met aussi en avant le fait de proposer des produits CRUELTY FREE / VEGAN ce qui veut dire non testés sur les animaux pour les moins avertis d’entre nous… En tant que parents végétariens, c’est bien évidemment un argument supplémentaire qui a compté en faveur de la marque.

N’hésitez pas à vous rendre sur le site et à vous faire envoyer un kit d’essai. Je suis sûre que vous allez adorer. Il faut aussi savoir qu’en plus d’être clean, les couches Lillydoo ont de jolis motifs contrairement aux marques de supermarché.

Je vous montre d’ailleurs 3 nouveaux motifs qui viennent s’ajouter aux 3 anciens, ce qui permet de choisir parmi 6 motifs durant vos commandes. D’ailleurs, je ne l’ai pas encore dit mais si votre choix se porte sur Lillydoo, vous devez vous abonner (sans engagement bien évidemment). Vous recevrez donc vos couches à la maison dans de jolis cartons, parce que chez Lillydoo tout est mignon, les cartons aussi !

Côté tarif, rien à dire, on s’y retrouve totalement. Par rapport aux autres marques bien connues, c’est du pareil au même alors il n’y a pas de raison de s’en priver…

 

J’espère que cet article aborde toutes les questions que vous vous posez en tant que parents curieux et méfiants et bien sur n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire au besoin.

Je vous laisse avec les photos des 3 nouveaux motifs adorables :

Fantastic Foxes

Bubble to the Gum

Ahoy, Little Sailor

Alors, quel motif préférez-vous ?
Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

My unpopular opinions

‘Mes goûts bizarres’ est le titre de l’article que Victoria du blog Mango and salt a posté il y a quelques jours. Mango and Salt est souvent le blog que je cite comme référence ‘lifestyle’. J’adore lire Victoria, j’apprécie particulièrement ses partages quotidiens sur Instagram, les photos de ses repas ou de son intérieur green en passant par ses dernières lectures.

Ce qui est intéressant avec l’article ‘My unpopular opinions’ c’est que j’ai découvert plus de choses à propos de Victoria, qui, bien que beaucoup suivie, reste très discrète sur sa personne et sa vie privée. Il se trouve que grâce à cet article, j’ai découvert des points de divergence avec l’une de mes blogueuses favorite et j’ai trouvé ça GENIAL !

Nous sommes tous différents et heureusement d’ailleurs. Je n’ai pas attendu de ‘vieillir’ pour assumer mes goûts mais je dois dire que parfois je me sens à des années lumières des idées communes. Du coup, je me suis dit que reprendre le thème de cet article allait être assez marrant.

Je ne consomme pas d’alcool. Bien sur, j’ai essayé, comme tout le monde mais je n’ai jamais apprécié le goût tout simplement. D’ailleurs, je me demande s’il y a des personnes qui aiment l’alcool dès le premier verre ? J’ai l’impression que c’est pareil pour la cigarette. Il faut apparement se forcer et recommencer pour finir par apprécier… Drôle de concept selon moi 🙂

→ Si je vous dis Cameron Diaz, Jennifer Aniston, Julia Roberts, Gisèle Bündchen, vous me dîtes ? CANONS ! Je dis NOOOON ! Et si je vous dis Maggie Gyllenhaal, Kelly Ousbourne, Kate Winslet et Drew Barrymore et bien je sais qu’on ne va pas se comprendre ^_^ Je trouve que bien souvent les gens confondent beauté et charme et que globalement il y a un amalgame terrible entre minceur et beauté.

→ Quand je fais du shopping, je suis TOUJOURS attirée par des vêtements colorés alors que la plupart des gens se jettent sur les pièces les plus foncées, surtout le noir. Plus globalement, j’ai du mal à comprendre pourquoi on se permet d’habiller les petits avec des motifs et des couleurs et pourquoi en tant qu’adulte on devrait s’habiller en noir ou en gris. A quel âge on se dit qu’il faut s’uniformiser ? Je me souviens de mes fausses Doc Martens oranges et de ma doudoune vert pomme que je portais en primaire. Je me rendais bien compte que j’étais la seule dans la cours à mettre ce genre de couleurs mais ça ne dérangeait pas vraiment. Derniers exemples en date : il y a une semaine, je pars en quête d’une veste noire car il m’en faudrait vraiment une et après avoir essayé un manteau vert olive, c’est finalement sur un manteau blanc que j’ai jeté mon dévolu. Et puis aujourd’hui, j’ai littéralement craqué devant un pull orange presque fluo. Je ne sais pas avec quoi je le mettrai mais je l’adore.

J’aime le physique atypique du chihuahua. Oui sincèrement,  je trouve que ces petits chiens avec leurs yeux globuleux sont trop marrants, attendrissants et beaux ! Le nombre de fois où les gens rigolent quand je leur dit que j’ai deux chihuahuas parce qu’il est vrai qu’avec Jules on n’a pas trop le profil pour aimer les chihuahuas. Parce que oui, c’est bien connu, seuls les candidats de télérealité et les mamies en manteaux léopard ont des chihuahuas 🙂 Saloperies de clichés.

Les grandes marques ne me font pas rêver. Si j’avais de l’argent à ne plus savoir quoi en faire, je n’achèterai ni sac de luxe ni diamants. J’ai même du mal à comprendre cette fascination chez beaucoup de gens. Je préfère mille fois faire le tour du monde que de posséder une bague. D’ailleurs, je suis mariée mais je n’ai pas voulu de bague sachant que je n’allais pas la porter.

→ Souvent je passe à côté de phénomènes en terme de musique, de séries ou autre. Je n’ai rien contre la culture populaire que j’apprécie bien souvent mais je fais un blocage quand tout le monde parle d’un chanteur à écouter ou d’une série à ne pas manquer. Exemples : Vianney, Harry Potter, le Seigneur des Anneaux ou Les Sims. Et la dernière fois que j’ai voulu tester une série plébiscitée sur les réseaux sociaux, j’ai été ultra déçue. Il s’agit de 13 reasons why et une fois de plus, je me retrouve en décalage avec l’avis général…

J’habite dans le Massif Central mais je n’aime pas la neige et encore moins les sports d’hiver. Je trouve les paysages enneigés magnifiques mais je n’aime pas l’hiver et tout ce qui gravite autour mis à part l’ambiance cocooning à la maison et je troquerais largement l’hiver contre un printemps plus long.

Pour finir, je voudrais que vous répondiez à une question : expliquez-moi comment on peut aimer l’association chocolat – fruit ou chocolat – menthe ? Les gens qui aiment les Pim’s, qu’est ce qui vous est arrivé dans la vie pour en arriver là ? mouahhha ^_^  (coucou Lou ♥)

Je m’arrête là mais peut-être que cet article pourrait être complété au fil du temps. Et surtout, j’adorerais lire vos impressions et que ce post soit repris pour en apprendre un peu plus sur vous.