Дървен материал от www.emsien3.com

Дървени греди за покрив

All posts in Feel Good

Dans sa chambre

Dans sa chambre on trouve plein de bestioles poilues, un berceau, un couffin (dans lequel il y a le nécessaire pour la maternité), un fauteuil, un mur vert et puis un tapis !

Un tapis dont je me dois de vous parler ici puisque j’ai été contacté par la marque Sukhi depuis de nombreuses semaines. On m’a proposé de vous parler du concept Sukhi qui collabore avec des femmes du monde entier de fabriquer des tapis à la main en les respectant et en respectant leur travail.

Le genre de marque qui fait pencher la balance éthique de son côté et c’est ce qui m’a donné envie d’accepter de recevoir un de ces tapis et de vous en faire le rapport ici. J’ai choisi un tapis indien en feutre et assemblé à la main, au doux nom de Aditya. Bien sur, les tapis berbères que proposent Sukhi m’ont tenté mais on en voit vraiment partout (c’est vrai qu’ils sont très jolis). Du coup, je me suis dit qu’il serait peut-être judicieux de partir sur un modèle totalement différent pour ne pas m’en lasser.

C’est donc dans la chambre de notre bébé que ce tapis a trouvé sa place. Ses tons neutres s’accordent bien avec le sol en bois et le mur vert qu’on a peint. Et puis, il fallait qu’on mette un tapis dans cette pièce pour pouvoir se poser au sol pour jouer avec bébé.

Pour le moment, il faut avouer que quelqu’un a sérieusement un gros coup de coeur pour le confort de ce tapis en feutre : il s’agit d’Eddy, notre chien qui est fan de tapis en tout genre mais celui-ci est vraiment son préféré… Je me demande même s’il va bien vouloir le partager 🙂

eddytapis

Et bonjour les poils avec Eddy… Heureusement le tapis s’aspire facilement et je vous invite même à consulter la rubrique nettoyage du site pour plus de détails.

P1020068 P1020087

Dans sa chambre, la couleur verte s’est imposée tout en laissant place à la lumière et aux autres couleurs que l’on a choisi comme le beige, le ‘saumon’ du linge de lit et le bleu pétrole du couffin. Il y a aussi quelques touches cuivrées et des touches végétales.

P1020064 P1020065 P1020057 P1020058

Du rose ? Très peu finalement… Mais c’est très bien ainsi, parce que les chambres roses pour les filles et bleues pour les garçons, c’est plus possible de nos jours ! Et c’est une fan de rose et de bleu qui vous le dit…

On est assez content du résultat, après avoir trouvé des tissus en lin comme je le souhaitais, ma belle-mère a bien travaillé pour mettre en place tout ça.

Je me dis qu’il y a peut-être un peu trop de couleurs dans cette chambre mais en même temps ça me ressemble, j’aime les couleurs, elles me donnent de l’énergie et me rendent positive.

J’ai tellement hâte de la voir occuper cet espace, lui donner vie et que ça soit le bordel puisqu’il est évident que ça finira comme ça…

P1020075bis P1020049 P1020053 P1020061

Merci encore aux amis et à la famille pour les cadeaux et leur aide. Chacun apporte sa petite touche à sa façon et maintenant on est presque prêts grâce à vous tous ♥

Veggie mama

P1070153 Ca y est je suis officiellement dans mon 9ème mois de grossesse… Je rappelle (encore) que j’avais dit ne pas trop en parler ici et finalement mes derniers articles tournent tous autour de ce sujet !

Je crois que cet événement m’a beaucoup plus touché que je ne pouvais l’imaginer au départ d’où la volonté d’écrire cet article de fin de grossesse.

Un bilan, un résumé, mon mode de vie végétarien, voilà à quoi devrait ressembler ce post.

mois

Oui 9 mois peuvent paraître interminables surtout à la fin où l’on se sent fatiguée et au bout du bout avec l’envie folle de rencontrer son bébé. Mais 9 mois c’est aussi le temps qu’il nous a fallu pour nous organiser, penser à tout (enfin on essaie) : savoir où accoucher, apprendre les termes de la grossesse, les termes matériels et puis réfléchir parfois aussi à l’après : le mode de garde, l’allaitement, l’alimentation au delà du sevrage enfin bref : la grossesse c’est 9 mois de questionnement continuel !

trimestres

Le premier se résume par ‘la digestion’ : la digestion de cette nouvelle qui nous abasourdit et nous rend heureux à la fois. Se questionner beaucoup sans jamais ne serait-ce qu’imaginer interrompre cette grossesse inattendue.

Et puis la digestion au sens propre si je peux dire, avec des nausées et des vomissements quotidiens. Des anecdotes pas très glam et des situations cocasses rythmées par les nausées et les odeurs que je suis seule à sentir ^_^

Le deuxième trimestre se divise en deux parties, le 4ème et le 5ème mois sont plutôt paisibles, les nausées disparaissent laissant place à un regain d’énergie.

Puis vient le 6ème mois, le retour des nausées et des odeurs que je ne peux plus supporter au point de me sentir comme déprimée dans un nouvel environnement suite à un premier déménagement. Et puis, il y a eu un passage à l’hôpital pour une colique néphrétique suivi d’un 2ème passage à l’hôpital pour monsieur. Résultat : stresse, fatigue, anémie. C’est là que j’arrête de travailler. Puis on doit redéménager.

Le dernier trimestre que je finis actuellement se passe bien mieux, malgré la fatigue, le reste d’anémie que je traite à grand coup d’épinards 🙂 , d’autres légumes verts, de protéines végétales, de légumineuses… On finit les préparatifs (la chambre notamment) et puis je vois autant que possible ma famille et mes amies pour ne pas toujours me sentir isolée à la maison.

Et surtout, je pense à ma petite fleur de printemps du matin au soir, elle me fait savoir qu’elle est là, en moi, et on communique déjà ensemble, enfin je crois… Les cours d’haptonomie ont été un super exercice à 3 pour nous lier dès le 5ème mois. Aujourd’hui, les cours sont terminés, on est censés être prêts à accueillir notre bébé.

En bref, la grossesse n’est pas de tout repos c’est vrai et chaque femme la vivra différemment. Mais on n’a rien sans rien, on porte la vie,  ça vaut bien quelques petits désagréments je crois…

P1070101 copie

veggie

Au début de ma grossesse, on m’offre le bouquin : Enceinte et Végétarienne que je lis en quelques heures. C’est exactement l’ouvrage qu’il me fallait pour appuyer mes pensées et garder confiance en mon mode de vie végétarien et ce depuis presque 4 ans maintenant. Il est plein de témoignages de mamans végétariennes et végétaliennes abordant leurs questionnements, leurs façons de gérer leurs modes de vie pendant la grossesse et après.

Remanger de la viande durant ma grossesse ne m’a jamais traversé l’esprit tout simplement parce que j’ai confiance en moi et en mes choix. Je n’ai jamais eu de carences alimentaires, je pense même avoir augmenté mon apport en protéines depuis que je suis végétarienne.

J’aurais pu douter vers le 6ème mois quand on s’est rendu compte que j’étais un peu anémiée. Cependant, le manque de fer touche énormément de femmes enceintes à ce stade de la grossesse puisque le bébé puise dans nos ressources. En toute logique, j’ai décidé de manger d’avantage d’aliments végétaux riches en fer et on m’a aussi prescrit un cachet que je ne peux prendre qu’en petite quantité car il me donne des nausées (décidément ces nausées ne me lâchent pas).

Depuis, les analyses sont meilleures alors je continue sur cette lancée. Il était inutile de céder à la panique, le fer et les protéines ne se trouvent pas que dans la viande comme on veut nous le faire croire trop souvent.

Le cas du soja : au début de ma grossesse, je décide de consulter une diététicienne. Le premier rendez-vous me rassure, elle a des patientes enceintes et végétariennes tout comme moi. Dans une ville comme Clermont, je ne m’y attendais pas. Cependant, elle m’alerte sur la consommation de soja, me le présente comme un  perturbateur endocrinien qui pourrait donc agir sur le système hormonal de mon bébé…

J’écoute et j’applique ses conseils en consommant uniquement un seul produit/jour contenant du soja.

Puis, je décide de faire quelques recherches et d’en parler autour de moi à des futures mamans VG et Vegan (merci internet) qui habitent pour certaines à l’étranger et qui n’ont pas eu le même discours de la part des professionnels de santé face à la consommation de soja pendant la grossesse.

En réalité, il faudrait avoir une consommation excessive de soja au quotidien pour que ce dernier ait un effet perturbateur sur nos foetus et sur nous-même. De plus, la seule étude sur laquelle s’appuient certains est totalement bidon.

J’aimerais bien que les mentalités évoluent en France surtout de la part des médecins qui sont tellement plus ‘open’ sur le végétarisme en Angleterre, en Allemagne ou en Suède par exemple.

S’entourer de professionnels bienveillants : c’est vraiment une des volontés que j’ai eu dès que j’ai su que j’étais enceinte. En aucun cas, un médecin ne doit remettre en cause votre mode de vie si ce dernier est sain et que vous êtes en bonne santé. Les petites phrases vexantes voire les pics moralisateurs et méprisants sont à proscrire, vous n’avez pas besoin de ça…

N’hésitez pas à changer de spécialiste, à faire les meilleurs choix, à tester le feeling entre vous et la ou les sages-femmes qui vous accompagneront durant toute votre grossesse.

J’ai eu la chance, pour le moment, d’être entourée par 2 sages-femmes (pour mes cours de préparation à l’accouchement) qui sont ouvertes et n’ont émis aucun jugement sur mon alimentation.

De plus, faites vous confiance, vous n’êtes pas obligées de vous justifier sans arrêt, c’est trop fatiguant. La gyneco qui m’a suivi jusqu’au 6ème mois de grossesse n’a jamais su que j’étais végétarienne. Est-ce vraiment un sujet que l’on doit absolument aborder avec tout le monde, tout le temps ?

bb

La grande question réside plutôt là. Un bébé végétarien, ça existe ? C’est ‘risqué’ ? C’est tabou ?

40% de la population indienne est végétarienne ce qui implique que leurs bébés et leurs enfants le sont aussi et personne ne les embête avec ça. Il faut vraiment dédramatiser et avancer sur ce sujet de l’alimentation chez l’enfant.

Je sais qu’on va sans cesse devoir se justifier de préférer faire manger à notre enfant des protéines végétales BIO plutôt que de lui donner de la viande infâme pleine d’hormones et d’antibiotiques, ce qui nous paraît tellement absurde dans le fond.

Nos certitudes

L’arrivée de notre enfant ne changera rien au fait que dans notre foyer, nous ne consommons ni viande ni poisson. De plus, du fait d’avoir conservé mon mode d’alimentation végétarien durant ma grossesse, mon bébé risque d’avoir peu d’appétence envers les aliments carnés (c’est ce que ma diététicienne m’a dit se basant sur les différents retours qu’elle a eu de ses patientes végétariennes).

Nos incertitudes

Cependant, il y a aussi, la volonté de l’enfant de vouloir tester différents aliments surtout ceux qui lui sont interdits chez lui j’imagine. Il y a aussi les repas en dehors de notre trio familiale et la cantine par exemple. Sur ce point là, on pense rester ouverts et laisser notre enfant choisir. Elle aura vite la possibilité de réfléchir par elle-même à ce qui lui semble le plus juste.

P1070142 P1070132

J’arrive au terme de cet article, j’en profite pour exprimer toute ma reconnaissance à mon cher et tendre pour le rôle qu’il joue au quotidien, on vit une expérience à 3 et même si c’est moi qui porte notre bébé, il sait trouver sa place.

Je ne sais pas si je suis assez rentrée dans les détails par rapport au végétarisme chez la femme enceinte alors surtout n’hésitez pas à poser des questions en commentaire si vous avez des doutes, des suggestions, un avis à partager. C’est un sujet sérieux et j’espère véhiculer une image positive de future maman qui fait déjà des choix pour son enfant…

Merci mon petit chaton Ninon pour cette série de photos, je vais les garder longtemps, elles seront dans l’album de bébé, c’est sur ^_^

Baby Shower

P1010886 Je ne savais pas du tout si j’allais organiser une ‘Baby Shower’, d’ailleurs dans mon cas, je préfère utiliser le terme goûter prénatal parce que ‘Baby Shower’ en France, ça sonne bizarrement et c’est pas très parlant. En plus de ça, j’avais envie de quelque chose de simple avec mes proches amies et non pas d’une fête trop tape à l’oeil et superficielle comme peuvent l’être les ‘vraies’ Baby Shower aux USA.

Finalement, je me suis juste posée une question : est-ce que ça te ferait plaisir de passer quelques heures avec tes amies réunies avant l’arrivée de ton premier bébé ? (et de tout ce qui va surement en découler après l’arrivée du bébé, notamment le fait de ne plus avoir le temps et la possibilité de trouver l’occasion d’être toutes réunies en même temps….)

Evidement, la réponse est OUI ! En ce début de 8ème mois de grossesse (au moment de cette journée), j’avais trouvé un minimum d’énergie pour ‘pâtisser’ quelque peu et essayer de faire une jolie table. Ce qui assez dur avec la grossesse, c’est qu’un jour vous pétez le feu et le lendemain vous traînez tel un zombie en legging et en TShirt XXL des Ramones calée au fond de votre canapé du matin au soir (true story). J’espérais donc avoir le peps nécessaire pour recevoir toutes ces couillones ♥ chez moi ! Pour info, les seuls mecs dont la présence était autorisée ce jour-là : EDDY et MARCEL qui ont eu leur dose de câlins pour l’année je crois.

P1010844 P1010876 Sans titre-1 P1010939 ninonlaura P1010854 P1010898 tablebabyshower P1010914 bbsh P1010943

Je crois qu’au final on a passé un super aprem, j’ai été supra gâté, les cadeaux ont été choisi avec goût même si tout ce que je voulais c’était les voir ELLES et non pas être couverte de cadeaux…

On a tenté un atelier tissage d’un niveau sois-disant enfantin mais bon voilà : FIASCO total ahha donc soit on est toutes stupides (ce qui est probable finalement 🙂 ) soit les kits que j’avais choisi étaient nazes…

Durant les Baby Shower américaines il y a souvent des quizz, des jeux ou des animations mais j’avoue qu’à part les kits créatifs, je n’avais pas prévu grand chose, toujours dans cette idée de passer un moment tranquille, sans pression !

Par contre vous imaginez bien qu’on avait de quoi manger et boire. C’est un peu le but d’un goûter me direz-vous. Au menu : cookies matcha/chocolat blanc, cookies 3 chocolats, un gâteau vegan style flan au chocolat, des muffins vegans et des sucreries. De quoi faire grimper le taux de sucre de toutes ces dames folles 🙂

Bref, merci encore à toutes, je suis trop contente de vous avoir reçu et qu’on ait fêté ensemble l’arrivée prochaine de ma petite fleur de printemps ♥ Elle a déjà beaucoup des tantines très attentionnées !!! (Oh et Merci Ninon pour les photos, c’était pas évident vu le temps tout gris qu’il faisait)

Au secours, je deviens folle ! (6ème mois de grossesse)

p1010759

Je poste assez peu depuis quelques mois mais aujourd’hui j’ai eu envie de ‘pondre’ un article d’humeur. J’ai sûrement ressenti le besoin et l’envie de venir me confier sur mon propre blog à propos des maux de la grossesse qui me pèsent parfois.

Je vous rassure, tout va bien pour le petit alien qui a l’air d’adorer sa petite vie dans mon ventre. Elle bouge, elle gigote, elle me fait rire parfois et elle m’inquiète quand je ne le sens pas jusqu’à ce qu’elle se réveille et me le fasse savoir. Bref, une grossesse classique.

Cependant, je ne pensais pas que mon esprit puisse devenir aussi étrange à cause de mes hormones de grossesse qui me jouent vraiment des tours.

Je m’explique : physiquement, je n’ai pas à me plaindre, à part de la fatigue je n’ai pas de soucis à vivre ma grossesse (en tout cas pour le moment). Par contre, sur le plan psychologique, il y a des phases plus difficiles à supporter que d’autres et je préfère en rire et les partager avec vous plutôt que de me morfondre sur les phénomènes étranges que me fait vivre ma grossesse.

J’ai passé mon premier trimestre sans pouvoir approcher ma cuisine à cause de l’odeur du lave vaisselle et notamment à cause de l’odeur de la vaisselle PROPRE qui sortait du lave vaisselle. VOUS AVEZ LE DROIT DE RIRE 😉 Mon odorat a énormément changé, il me joue des tours. J’ai perdu l’envie de cuisiner, dans l’idéal j’aimerais manger ailleurs que chez moi, tout le temps. C’est ridicule et incontrôlable !

Heureusement, l’arrivée du 2ème trimestre a calmé mes nausées, mes vomissements et mon dégout de certaines odeurs. Mais c’était trop beau ^_^

Nous venons de changer d’appartement. Il nous fallait plus d’espace. On a trouvé l’endroit qui regroupe quasi tous les critères que l’on cherchait. A la première visite, on a flashé. Mais c’était trop beau (bis), il a fallu que mes nausées et mon dégout de certaines odeurs refassent surface, à plus de 6 mois de grossesse. Je ne peux à nouveau plus rentrer dans ma cuisine. Je porte un bandeau en guise de masque pour cuisiner ou pour tout le reste. VOUS AVEZ LE DROIT DE RIRE 🙂

p1010764 p1010762 p1010757 p1010756

p1010773

Sérieusement, c’est pas cool à vivre, je m’angoisse à l’idée d’entrer dans ma cuisine, de devoir faire à manger, de vider et remplir le lave vaisselle et j’en passe… En 10 jours, j’ai réussi à faire à manger seulement 2 fois. Le reste du temps, j’évite d’entrer dans la cuisine, je me fais aider/servir et on mange beaucoup plus souvent à l’extérieur, ce qui n’est pas cool pour manger équilibré !

Je sais que dans un article précédent j’avais dit que ce blog ne deviendrait pas un endroit de déballage de ma vie perso et en particulier de ma grossesse mais il y a des jours où la situation est tellement absurde que j’avais envie de le partager ici.

Sans déc’, personne ne nous prévient qu’on peut devenir cinglée pendant la grossesse. On nous dit qu’on aura tout le temps envie de pisser, qu’on sera fatiguée, qu’on aura besoin de repos mais pas que les hormones prendront le pouvoir et nous mettront dans des situations aussi cocasses…

 J’écris ce post en relativisant sur mon cas. Il y a des grossesses bien plus difficiles à vivre que la mienne, c’est évident ! Tout ce que je livre ici n’est pas grave… Juste gênant et je ne m’y attendais vraiment pas. Alors surtout, si vous avez vécu des trucs aussi débiles que ce qui m’arrive, n’hésitez pas à le partager avec moi ♥

p1010768

Rendez-vous sur Hellocoton !

Treez, les bijoux éthiques

img_6033

Je porte de moins en moins de bijoux. J’ai même du mal à supporter une montre comme je vous l’expliquais dans ‘cet‘ article. Pourtant, quand la marque conceptuelle TREEZ m’a proposée de découvrir leur sautoir et leurs différents pendentifs au doux nom de ‘Semeuses d’espoir‘, j’ai vu l’occasion de vous parler bien plus que d’un collier mais d’un concept s’inscrivant dans une démarche écologique et éthique à long terme.

Laissez-moi vous expliquer plus en détails.

Treez propose différents bijoux notamment le collier dont je vous parle aujourd’hui qui est composé d’une chaîne et de 3 pendentifs en bois (on peut choisir le nombre de pendentifs que l’on souhaite). Ces pendentifs sont colorés sur le recto et gravé sur le verso et ils sont en bois.

Le bois, c’est en lui que repose le concept imaginé par les créateurs de Treez puisqu’un pendentif acheté équivaut à la plantation d’un arbre dans le monde.

Mais comment devenir acteur de ce petit monde vert ?

Une fois votre ou vos pendentif achetés, vous recevrez des codes qui vous permettront de localiser la parcelle où vos arbres seront plantés.

Sur les réseaux sociaux, vous pouvez utiliser le tag #TreezMovement pour partager les photos de vos bijoux éthiques et faire parti du mouvement.

J’espère que tout comme moi, vous serez sensible à ce concept ‘green’ et pour vous donner un peu plus envie de sauter le pas, voici un code promoMADAMECITRONNADETREEZ‘ qui donne droit à 10% de remise sur votre commande.

J’adore le rendu de mon sautoir avec ces 2 couleurs douces et la possibilité de moduler le recto et le verso de chaque pendentif.

img_6028 img_6029 img_6034 img_6035 img_6042

Je vous reparlerai prochainement de cette marque, certaine via Instagram, pour vous présenter la future collection de bracelets ‘Forever Leaves‘ qui arrive tout bientôt.

Pause estivale

IMG_8802

Un petit billet d’humeur en ce lundi matin où j’ai un peu de temps pour vous faire part de ma volonté de faire un petit break que j’appelle ‘estival’ et qui sera peut-être plus long, je ne sais pas encore.

Sur le blog, le rythme sera plus à la cool à partir de maintenant, je pense publier quelques articles, notamment si le pays dans lequel je pars cet été me plait et que je ressens l’envie de partager mon expérience à mon retour. Et puis il y a aussi des publications que je dois poster pour tenir mes engagements auprès des partenaires avec lesquelles j’ai accepté de collaborer.

C’est plutôt sur les réseaux sociaux que le changement va s’opérer :

  • Je n’ai plus Snapchat, j’avais écrit un billet au sujet de l’utilisation de cette appli par les blogueuses et j’avoue que la suite logique pour moi a été d’arrêter d’utiliser Snapchat car c’est un moyen de plus de s’immiscer dans la vie des gens et aussi une manière de se perdre un peu plus encore dans la vie virtuelle en oubliant de vivre l’instant présent.

 

  • Je n’aime pas Facebook, j’avais arrêté de l’utiliser pendant plusieurs années pour ensuite y revenir mais j’en avais une utilisation vraiment très légère. Je ne publiais rien d’autres que des posts concernant le cause animale ou bien je relayais les publications de mes amis. Je l’ai supprimé il y a un mois environ et jamais je ressens un manque à l’idée de plus pouvoir l’utiliser…

 

  • Passons aux choses sérieuses avec Twitter : j’y suis inscrite depuis avril 2009 (c’est marqué sur ma page, j’ai pas retenu cette info 🙂 ) et j’avoue que c’est ma principale source d’info quotidienne. Je parle avec un bon nombre de personnes chaque jour et c’est pour moi LE réseau que j’aurais du mal à ne plus utiliser pour son côté réactif face à l’actu, pour les blagounettes qu’on peut se faire passer et pour son côté sobre, car on ne va pas sur Twitter pour publier des photos à tort et à travers (comme on le ferait sur Facebook) mais plus pour y poster des infos allant à l’essentiel. Cependant, il faut dire que Twitter finira par devenir aussi ennuyeux et ringard que Facebook parce que c’est comme ça se passe toujours…

 

  • J’en arrive donc à Instagram. Vaste sujet. Je crois que j’ai fait parti de la première vague d’utilisateurs il y a des années maintenant, puis j’en suis partie pour faire un break déjà à l’époque et je suis revenue il y a quelques années et c’est réellement l’appli que j’utilise le plus. Mais au final pourquoi faire ? Il y a d’abord le fait de partager mes photos, mes moments de vie puisque je suis dans une utilisation assez instantanée et je n’aime pas trop les ‘latergram’. Il y a aussi le fait de se lever le matin et de parcourir immédiatement le fil des photos publiées par les gens que je follow mais aussi de ceux que je ne follow pas, je pense aux publicités qui ont fait leur apparition depuis quelques mois, se glissant vicieusement parmi le flot de photos que je vois chaque jour. Et puis Instagram pour moi, depuis le rachat par Facebook et les très récents changements faisant que l’on ne voit plus forcément les photos des gens que l’on suit mais que l’on nous impose de voir certaines photos plutôt que d’autres me désole au plus haut point. Et ça implique aussi un nombre conséquent de ‘likes’ en moins sur certains comptes, le mien en fait parti…

Et là, j’ouvre une parenthèse pour faire suite à ma dernière phrase : la diminution du nombre de likes… J’ai lu sur twitter beaucoup de blogueuses se plaindre de la diminution du nombre de ‘likes’ sous leurs photos Instagram et à chaque fois, je me suis dit ‘mais on s’en fout des likes non?‘… Et puis en fait, je crois que l’utilisation de ce réseau d’images a pris de telles proportions dans nos vies (pour ceux que ça concerne bien sur, pas dans la vie de tout le monde) que l’on devient névrosé à l’idée que des inconnus (ou pas) ne viennent plus liker nos photos. 

blasé-21

De là, je me suis posée plein de questions et notamment celle-ci : Et toi, tu te situes où dans tout ça ? A vrai dire, j’en sais rien. Je blogue depuis 10 ans (j’ai eu plusieurs blogs avant celui-là) ce qui implique que je suis ultra connectée. C’est une chose que j’arrive à gérer pendant un temps mais mon caractère fait que je ne peux plus le gérer à certains moments.

Il m’est déjà arrivée de quitter tous mes réseaux (sauf twitter), même mon ancien blog, comme ça BIM, j’ai tout supprimé avec un besoin de ne plus être présente sur la toile.

Je sais que cette envie me reprend doucement mais sûrement depuis de nombreuses semaines… Et je sais aussi que quitter Instagram me ferait le plus grand bien. Vivre sans avoir ni l’obligation ni le désir de partager avec les autres. Arrêter de stalker des gens qui n’en valent pas la peine. Arrêter de me baigner dans un flot d’images en continu chaque jour. Poser mon smartphone dont l’utilisation intensive me donne mal à l’épaule droite ^_^

Bref, je ne vais pas supprimer mon blog comme j’ai pu le faire dans le passé. Je pense même continuer à poster sans en faire la promotion sur Instagram puisque je compte par ailleurs, faire un vrai break avec cette appli.

Et je me lance aussi un défi puisque je vais partir à l’étranger en août, visiter un nouveau pays que l’on connaît pour son eau turquoise, son soleil et ses îles innombrables. Le genre d’endroit très ‘instagramable’ n’est-ce pas ? Mon défi sera d’éteindre mon téléphone et donc de ne rien poster…

Je dis STOP ! Place aux ‘vraies’ vacances… Celles qui n’incluent pas de partager les photos de la piscine, de la plage, de ton bronzage, de ton repas au buffet de l’hotel avec ton assiette de fruits parfaitement coupés et j’en passe.

J’ai l’impression d’anticiper ce qui va être posté sur Instagram à chaque période de l’année : les fleurs au printemps, les selfies de nos pieds à la piscine en été, les photos de vacances de début juillet à fin septembre, les photos d’automne pour illustrer les looks des blogueuses, les préparatifs de Noël, les cadeaux de Noël au petit matin… Bref, je crois que je me lasse sérieusement de nos partages intensifs et répétitifs !

Ce que j’ai écrit n’engage que moi et je suis ouverte à la critique par rapport à cet article mais en tout cas, je suis sûre d’un chose, c’est que si je ressens le besoin de décrocher de tout ça, c’est qu’il faut que je le fasse sans hésiter. 

Et vous, vous êtes toujours à l’aise avec votre vie virtuelle ?

ARTICLE A MEDITER…

Dans ma jungle (épisode 2)

IMG_9158 copie

L’année dernière, je vous montrais comment j’ai aménagé ma terrasse et donc cette année je reviens vous donner des nouvelles de cet espace extérieur dont je ne peux plus me passer du printemps à l’automne !

Bougainvilliers, laurier rose, coléus, bégonia, campanules, olivier et succulentes sont désormais installés sur la terrasse et attendent impatiemment l’été…

Cet hiver, j’ai dû rentrer pas mal de mes plantes à l’intérieur de l’appartement et certaines s’y sont beaucoup plu, ce qui est étonnant car le changement entre l’extérieur et l’intérieur peut être fatal ! Le bougainvillier et le laurier rose ont même refleuri, placés derrière la baie vitrée du salon. Pour les garder en vie, j’ai aussi du leur donner pas mal de soin car ce sont des plantes qui n’aiment pas le chauffage car elles vivent  en extérieur dans leur milieu  naturel. Le laurier rose avait tout de même beaucoup poussé mais il a aussi fini par choper une maladie (araignées minuscules qui tissent des toiles entre les feuilles) et j’ai donc du sévèrement le tailler. Je le pensais mort et voilà qu’il repart et fait des pousses partout, j’aurai peut-être des fleurs cet été… Tout ça pour dire qu’il faut parfois laisser le temps au temps plutôt que de jeter à la poubelle une plante qui paraît fragilisée ou malade !

mainverte

Cet article est dédié à toutes celles qui font crever leurs plantes vertes, même leurs cactus 🙂

J’ai toujours cru que j’avais le poisse avec mes plantes. Je faisais tout crever, même des succulentes… Mais cette expression qui dit que l’on a ‘la main verte’ ou pas me paraît bien abstraite maintenant que j’habite dans un appartement lumineux… Avant, mes plantes avait une mauvaise exposition, je les arrosais donc je croyais en prendre soin, mais elle n’avait juste pas la lumière nécessaire !

jjdkdCar oui, il n’y a pas de secret pour garder vos plantes en vie : il faut juste suivre les indications par rapport à l’exposition (soleil, lumière, semi-ombragé…), par rapport à l’arrosage ou le bain qui dépendent vraiment de la plante en question.

Mais ce que je peux dire c’est qu’on apprend surtout de nos erreurs, on apprend à connaître les variétés de plantes, on prend un peu de temps chaque jour (surtout en été) pour s’en occuper, on demande des conseils et on lit des bouquins ou des sites. Et puis on finit par savoir comment s’occuper de nos plantes au mieux, en tout cas pour moi, c’est comme ça que ça a fonctionné ! Il faut prendre un peu confiance et ne pas se convaincre que l’on n’a pas cette foutue main verte (*^_^*)

IMG_8879 IMG_8877 copie IMG_9126 IMG_9149 IMG_9132

Malgré tout, il me reste beaucoup à apprendre. Je bouture quelques unes de mes plantes mais je ne sais pas le faire pour toutes les variétés. Je ne sais pas trop non plus comment tailler une plante pour mieux la faire pousser… J’apprends au fur et à mesure !

Parfois, je suis super agacée parce que les plantes chopent des maladies : cochenilles, pucerons, araignées… J’essaie d’utiliser des solutions naturelles que je trouve sur le net mais ce n’est pas toujours suffisant !

C’est aussi un budget : le terreau , les pots, les cache-pots, les engrais pour plantes fleuries (que j’achète BIO chez Botanic), les suspensions et les plantes !

Je vous incite aussi à aller faire un tour sur les blogs de Morgane et de Victoria qui font régulièrement des articles GREEN dans lesquels elles parlent de leurs plantes en délivrant de précieux conseils !

IMG_9155 copie

IMG_9152

IMG_9148 IMG_9123 IMG_9150 IMG_9154 IMG_9153 copie IMG_9151 IMG_9127 IMG_9133

IMG_9142
Un petit thé glacé ?

La Ruche Qui Dit Oui à Clermont-Ferrand

header

Il y a deux ans, j’écrivais un article à propos de La Ruche Qui Dit Oui en expliquant le concept et en donnant mon avis sur mon expérience de cliente que je vous invite vraiment à consulter si vous ne connaissez pas encore le principe de la Ruche qui dit oui et son concept malin, local et écologique de vente de fruits, légumes, viande, poisson, cosmétiques et épiceries (entre autre) qui se fait directement du producteur au consommateur une fois par semaine près de chez vous !

Mais comme je suis sympa, je vous copie un extrait de cet article où je récapitule quelques éléments clés :

Pour résumer le fonctionnement : on s’inscrit à notre ruche en allant sur le site vérifier que votre ville en à une ! On passe une pré-commande pour la semaine suivante et on attend de recevoir un mail de confirmation de la part du responsable de votre ruche qui vous dira si il y a assez de commandes pour que les producteurs puissent venir livrer leurs produits. On se donne rendez-vous une fois par semaine dans un laps de temps de 2h environ, toujours au même endroit et on vient récupérer sa commande en présentant son bon (que l’on n’est pas obligé d’imprimer si on a un smartphone). Ce n’est pas plus compliqué que ça !

75908_1454277468134358_1921201880_nDepuis l’écriture de cet article, j’ai changé de commune et j’habite maintenant dans Clermont-Ferrand ce qui fait que j’ai pu cette fois-ci me fournir auprès de la ruche de mon quartier. Ma commande cette semaine contenait : un fromage de chèvre au piment d’Espellette, un pain bio aux graines, un panier de fruits et légumes bio de 4kg, un sirop de pêche bio, une préparation pour faire des galettes végétales et du pesto à l’ail des ours.

IMG_4091 IMG_4094 ruche2 ruche la-ruche-qui-dit-oui

Autours de chez moi, il n’y a pas moins de 5 ruches et pour découvrir si vous avez autant de chance que moi, c’est par ‘ ici

Et vous, est-ce que vous avez déjà eu l’occasion de tester ce mode de consommation alternatif ? 

pomme08Personnellement, je délaisse de plus en plus les hypermarchés que je ne supporte vraiment plus. Je m’y rends uniquement pour acheter le strict minimum et dans le but d’acheter des produits bien particuliers. Etant végétarienne, je consacre un budget plus important maintenant aux fruits et légumes bio que j’achète en magasins spécialisés qui sont plus petits et tellement plus agréables. Ce qui ne m’empêche pas de passer commande, de temps en temps, à des organisations telle que la Ruche que je trouve humainement parlant vraiment sympathique et qui permet de mettre des visages sur des produits alimentaires puisque que l’on rencontre directement les producteurs ce qui donne une impression de proximité supplémentaire et un sentiment de consommer de manière plus réfléchie.

La Ruche Qui Dit Oui de Clermont-Ferrand 

Tous les vendredis de 17h30 à 19h30

Home Max 22 avenue des Paulines

63000 Clermont-Ferrand

Rendez-vous sur Hellocoton !
image12

En attendant le printemps…

Bien que l’hiver soit doux, j’attends le printemps avec impatience. Le voyage au Japon prévu au mois d’avril n’y est sûrement pas pour rien.

A ce propos, je remercie les personnes qui m’ont donné des conseils via Instagram et je reviendrai sûrement vers vous pour plus d’infos. Je n’ai pas encore parlé de ce voyage sur le blog il me semble, mais je pense faire un article avant le départ pour vous présenter grossièrement notre planning pour nos 2 semaines sur place pendant la période des cerisiers en fleurs (Sakura).

En parlant Japon, je vous recommande de faire un petit tour chez MargauxBetty, je suis tombée amoureuse de ses illustrations minimalistes, surtout celles sur la Californie et le Japon. Sur son blog il y aussi des articles sur ses voyages.

margauxbetty

Je vous préviens, cet article va vite partir dans tous les sens et n’a pas de trame de fond. J’avais juste envie de partager un ‘good mood’ car c’est mon état d’esprit en ce moment.

Ce voyage en Asie, un petit séjour en Italie dans une semaine (Turin & Milan), mes plantes qui se plaisent et fleurissent à la maison, des projets toujours des projets par exemple pour le blog (et vous en saurez vite un peu plus car un gros évènement s’annonce à Clermont avec mes amies blogueuses…) Toutes ces petites choses qui me rendent HAPPY !

Et d’ailleurs, mon amie et blogueuse Ninon vient de collaborer avec Le Lautrec qui est un peu notre Ladurée clermontois, et elle nous propose un joli chocolat mystérieux plein de surprises, un peu comme un oeuf Kinder mais encore mieux ^_^ J’ai craqué et je suis allée me l’offrir. Il est dispo en boutiques et fait référence à la Saint Valentin avec ses petits coeurs rouges. Il y a un concours sur son blog pour tenter de gagner un coffret de cette collection.

chocolat IMG_3599

Pour rester dans le thème de la Saint Valentin, cette année, j’ai la chance d’avoir été gâté un peu en avance par Sloggi. Je ne pensais pas que Sloggi avait des modèles de sous-vêtements avec autant de détails et de finitions. Je suis agréablement surprise par le Light Lace 2.0 de la collection #FeelYourFreedom qui est tellement confortable.

sloggi

Pour la première fois de ma vie, mon orchidée refleurit ! J’en ai jeté plusieurs car elle finissaient par mourir. Je crois que notre logement actuel est assez lumineux et m’aide beaucoup à conserver mes plantes même l’hiver.

IMG_3610

Il y a aussi mon bougainvillier qui après avoir perdu quasi toutes ses feuilles en automne, repart de plus belle en m’offrant des superbes feuilles et fleurs de différentes teintes (orange, saumon, rose et pastel). Je passe du temps à le regarder, à scruter la moindre pousse. Ca peut paraître tellement naïf mais un rien de me fait plaisir.

bougainvillierenhiver

Sur Instagram, je vous ai montré 2 carnets by Casa Bonnie, l’un sert à noter Les Choses à Ne Pas Oublier et l’autre Les Choses à Oublier. Je trouve cette idée hyper chouette. Je vais me servir de l’un pour faire des listes pour organiser mon voyage et de l’autre à des moments où j’aurai besoin de noter des choses dont je préfère ne pas me souvenir ^_^ Ca peut toujours servir ! Casa Bonnie est une papeterie en ligne qui des carnets, des cartes, des bloc notes et même des bougies…

casabonnie

Pour finir, je partage avec vous mon gâteau du weekend que vous avez aperçu sur Instagram. Il est simple, sa texture est entre le cake et le flan et il ne contient pas de beurre, ni d’huile. C’est cool non ?

recettegateau

Je vous souhaite une belle semaine !
Rendez-vous sur Hellocoton !

L’utilisation de Snapchat par les blogueurs/euses

En ce lundi matin, après avoir consulté mes mails, Instagram plusieurs fois et avant même d’avoir bien réussi à ouvrir mes yeux, puis après avoir checké Twitter et Facebook (alors que je déteste ce réseau et que je n’y fais quasi rien), je m’inflige une nouvelle addiction : ouvrir Snapchat.

Cette appli est de plus en plus utilisée par les blogueurs et j’avoue mon impuissance et mon incapacité à y résister. Pourtant, je suis hyper contrastée à l’idée d’utiliser un réseau de plus, un moyen de communiquer de plus, une exposition supplémentaire et qui plus est, une exposition beaucoup plus personnelle et beaucoup plus privée.

Je m’explique : je pense que Snapchat n’a pas été crée pour l’utilisation que les blogueurs en ont aujourd’hui. Poster des photos et des vidéos de courtes durées que l’on envoie à des contacts bien précis ou à tous, était avant tout un moyen discret et amusant de s’envoyer tout et n’importe quoi (des trucs bien dégueulasses au passage, c’est un peu le but premier de snapchat je crois, et c’est pour ça que ça marche fort auprès des ados qui n’ont pas attendu l’arrivée des blogueurs sur ce réseau).

Je trouve que depuis quelques mois, on est bien loin de cette utilisation amusante et non contrôlée. Bien au contraire. Ce que je reproche à ce réseau sur lequel je suis, à mon plus grand regret, de plus en plus présente, c’est le partage en masse.

On pourrait se dire que c’est super justement, et que les blogueurs y apparaissent plus naturels, sans artifices. On s’y surprend au petit matin sans maquillage, en pyjama, au supermarché etc etc. Mais il y aussi les ouvertures de colis, les fameuses ouvertures de colis : ceux que les blogueurs (je m’inclue dans tout ça) reçoivent et ceux qu’ils ouvrent fièrement devant leur audimate chargé à bloc pour savoir ‘tiens elle a reçu quoi elle aujourd’hui ?’

Il y a aussi l’absence de vie privée. On compte aller jusqu’où avec Snapchat ?

Ce matin, pendant ma tournée officielle des blogs, je tombe sur l’article de Victoria, qui nous explique sa volonté de détachement par rapport aux blogs et aux réseaux en général et par rapport à Snapchat elle dit :

‘De même, j’ai décidé de ne pas me lancer dans Snapchat, car je n’ai strictement aucune envie d’y être happée. Je conçois bien sûr que ce réseau permet un contact frais et sympathique, parfait pour mettre en relation une blogueuse avec ses lectrices de manière plus spontanée. Mais j’y vois surtout une perte de temps incroyable pour une sorte de « télé-réalité » dont je peux largement me passer, et que moi-même je n’ai pas forcément envie de partager. Je me sens déjà très proche de vous grâce à nos discussions ici en commentaires, ou sur mes réseaux actuels, et pour moi c’est suffisant. En fait, je tiens à garder pour moi le peu de quotidien qu’il me reste hors de tout ce que je publie déjà.’

Le mot est lâché : télé-réalité ! On fictionne nos vies du matin au soir sur ce réseau.

Sur Snapchat, je ‘follow’ pas mal de blogueuses hyper influentes, vous savez celles qui font la pluie et le beau temps sur la blogosphère.

Le constat : je suis affligée… et le pire c’est que quand je consulte tous ces snaps, à savoir environ 30 vidéos par jour et par blogueuse (oui j’exagère et alors ? ^_^), la personne avec laquelle je vis les entend et je lui fais subir des ‘niaiseries’ et des vidéos inutiles à base de ‘alors ce matin les filles…‘ ou ‘faut que je fasse un break pour aller sortir le chien…‘ ou ‘je voulais vous remercier d’être de plus en plus nombreuses…‘ ou ‘Attendez, on va ouvrir au facteur ensemble, et on va ouvrir le colis…‘ ou ‘je rejoins mon mec (ou ma grand-mère), on va déjeuner ensemble ce midi‘ (et ensuite on a le droit aux photos de l’entrée, du plat et dessert) ou ‘il va y avoir bientôt plein de cadeaux, de projets pour vous…‘ ou encore, et celui là c’est tous les jours : ‘Allez, je vais au ‘sport’…‘ et enfin ‘Je voulais vous parler d’une marque, d’un produit, d’un nouveau concept etc…‘ STOP !!!!!

Est-ce qu’on s’en fout pas un peu de connaître nos vies à tous dans les moindres détails ?? Est-ce qu’on partage pas assez nos vies au quotidien sur Instagram, FB et Twitter ? 

Ces vidéos au quotidien c’est être carrément chez les gens, dans leur salon, dans leur lit, dans leur salle de bain… Ca ne choque personne ?

Le point positif pour moi c’est vraiment le partage des voyages sur Snapchat. Ca me fait vraiment découvrir des lieux super, bien plus qu’en postant des photos sur Instagram. Grâce aux snaps quotidiens des voyageurs, on s’y croit un peu plus, on vit beaucoup plus le voyage par procuration. Attention tout de même aux personnes les moins averties : certains se compareront et se diront : pourquoi moi je ne voyage pas ? Pourquoi la vie des blogueurs est plus belle que la mienne ? Et toutes ces conneries qu’il ne faut absolument pas résumer ainsi… Ne vous dévalorisez pas parce que vous n’êtes ‘que’ spectateurs de tout ça ! 

Je n’ai pas l’habitude d’écrire des billets d’humeur mais en ce lundi matin, je suis inspirée. Je suis sûrement maladroite dans la rédaction de ce post et je ne veux absolument pas pointer du doigt ou dévaloriser certaines personnes que je peux apprécier par ailleurs pour bien d’autres aspects que leurs vidéos quotidiennes sur Snapchat mais voilà mon ressenti par rapport aux réseaux sociaux en général et à la tournure que cela prend avec l’utilisation intensive de ce dernier. Je pourrais aussi me dire : supprime cette appli de ton téléphone et le problème est réglé. Il le sera pour moi, certes, mais j’ai ressenti le besoin d’en parler ici et j’adorerais avoir vos remarques…

Très bonne semaine à tous.

IMG_3519