Дървен материал от www.emsien3.com

Дървени греди за покрив

All posts tagged arrêt de la pilule cheveux

2 ans sans pilule : le bilan

 Parler de contraception, c’est parler de l’intimité et je dois dire que ce n’est pas le genre d’article que je propose ici habituellement. Pourtant, cet article il fallait bien que je l’écrive un jour ou l’autre pour deux raisons : la première c’est que je sens qu’un changement a opéré en moi depuis que je suis maman et en particulier d’une petite fille à qui je souhaite un monde meilleur dans lequel en tant que femme, elle se sentira libre dans son esprit et dans son corps. Deuxièmement, je pense vraiment que ce post pourra aider certaines filles / femmes à passer un cap.

Ce cap dont je parle, c’est la libération de la prise de la pilule.

Un comble quand on pense que nos mères (ou grands-mères) ont connu une époque où prendre la pilule était mal vu, où l’on devait se cacher, où l’on ne pouvait en parler à personne car c’était mal, où l’on rêvait de pouvoir prendre cette fameuse pilule sans jugement ! Cette période où l’on se faisait avorter clandestinement sur la table de la cuisine… Ma mère m’a toujours parlé de cette époque et elle a voulu, pensant bien faire, que je prenne la pilule et que l’on parle ensemble librement de ce sujet.

Attention, ce que je vous écris ici c’est MON parcours, ce sont MES aléas avec la prise de pilule et c’est un article qui va surtout parler pilule ET acné ! Je ne prétends ni détenir la vérité, ni pouvoir régler VOS problèmes mais je partage  simplement ma vision des choses qui est bien différente de celle des médecins que j’ai croisé dans ma vie.

J’ai pris la pilule très jeune, j’avais de l’acné et un copain (qui est mon mari maintenant ^_^). Ces boutons me rendaient mal à l’aise, une gène au quotidien. Celles qui ont des boutons savent bien de quoi je parle. Le médecin m’a proposé de prendre la pilule et que ça allait régler mes problèmes. Pas d’explications supplémentaires, pas de mise en garde, aucun mots sur les effets secondaires. J’ai à peine 15 ans, ce que je veux : avoir une peau nette et ne pas tomber enceinte… Qu’est ce que j’y connais aux hormones, aux œstrogènes et aux progestatifs ? Je fais confiance !

Je fais confiance 10 ans pendant lesquels je pense que c’est normal de perdre peu à peu ma libido et ma densité capillaire au passage. 10 ans pendant lesquels je ne sais même pas que prendre la pilule = ne pas avoir de vraies règles ! Les saignements que l’on a entre deux plaquettes de pilules sont ARTIFICIELS. Votre corps est mis au repos pendant la prise de pilule, vous n’ovulez plus, vous n’avez pas réellement vos règles et donc, vous ne solutionnez pas vos problèmes d’acné en prenant la pilule, vous ne faites que les repousser…

 

J’ai environ 24/25 ans quand je décide d’arrêter de prendre cette fichue pilule. Je ne suis plus une ado, j’ai entendu des choses négatives à propos de la pilule, des scandales ont éclaté, la pilule 3ème génération est contestée. AVC, phlébites, problèmes respiratoires et cardiaques et j’en passe…

Niveau acné : j’alterne entre les pilules Evepar et Yaz qui sont vendues comme étant des traitements anti-acnéiques  et elles ne font plus effet comme je le souhaiterais (sûrement à cause du phénomène d’accoutumance). J’ai encore quelques boutons et à cet âge là, je ne sais même pas que l’acné d’adulte existe alors je ne comprends pas pourquoi j’ai encore ce genre de problème.

J’ai dans l’idée de régler définitivement mon souci d’acné et ensuite je pourrais stopper la prise de pilule pour passer à un autre moyen de contraception. Je réussis à me faire prescrire le traitement de cheval : Roaccutane ! Si mon médecin avait été sérieux il m’aurait dit :

  • Vous n’avez pas besoin de ce traitement car votre cas ne nécessite pas la prise d’un médicament aussi fort aux nombreux effets secondaires, parlons ensemble et trouvons une alternative.

  • Il aurait répondu OUI quand je lui ai demandé si je pouvais perdre des cheveux sachant que j’avais déjà une fragilité à ce niveau là. Mais il a répondu NON et j’ai fait confiance, encore…

Je prends ce traitement plusieurs mois. Comme toutes les personnes qui le suivent, j’ai une peau qui se transforme, une sécheresse cutanée incroyable et déroutante, je ne produis plus de sébum (plus besoin de me laver les cheveux, les racines ne graissent plus, très naturel n’est-ce pas ?), j’ai des vertiges tout le temps : au travail notamment et puis des saignements de nez intempestifs. Bref, je m’arrête là, vous avez compris que ce n’est pas un traitement anodin. Ma peau est enfin nikel, heureusement… Mes cheveux en prennent un sacré coup : secs, fins et clairsemés ! Ils le resteront !

J’attends quelques mois après la fin du traitement pour arrêter la prise de pilule. Il aura fallu 2 semaines, 15 petits jours pour que ma peau soit couverte d’acné du front à la poitrine. J’ai récupéré ma peau dans le même état qu’à l’âge où j’ai pris la pilule pour la première fois. Et je ne suis pas un cas isolé, j’ai des amies dans la même situation et je lis aussi énormément de témoignages sur internet. Des femmes dans le même état que moi : prisonnières et condamnées à prendre la pilule sous peine de vivre avec des boutons partout à l’âge adulte.

Je cède : je ne vois pas d’autres solutions que de me faire représcire la pilule. Evidemment, en quelques semaines, je retrouve une peau plutôt nette. J’ai subi le traitement Roaccutanne pour rien, on ne m’a pas dit qu’il ne marchait pas à 100% sur les femmes car notre acné est hormonale et pas momentanée comme celle de l’homme. Je suis blasée et je laisse le temps filer.

J’ai 27 ans quand je décide de chercher à nouveau une solution pour arrêter de prendre la pilule sans me transformer en calculatrice. Ce que je veux aussi, c’est avoir mes vraies règles, des vrais cycles et que mon corps ne soit plus régler par un médicament qui rend tout cela totalement artificiel. Ca ne me ressemble pas d’ingérer un tel médicament chaque jour. Ca ne correspond plus à mon mode de vie.

MIRACLE : je tombe sur les articles de PetiteCeriz, notamment ‘comment arrêter cette daube de pilule‘  et je bois ses paroles, je me retrouve dans ce qu’elle écrit, je comprends que mon corps est comme drogué par les substances que contiennent la pilule et que je vais devoir le sevrer progressivement sur 6 mois.

Elle explique TOUT dans les détails, je ne vais pas reprendre ce qu’elle dit si bien mais en gros il s’agit de réduire sa consommation de pilule (en la découpant chaque jour) sur une période de 6 mois. Ca vous paraît fou ? Ca vous fait marrer ? Pour moi, c’est d’une logique implacable.

JE TENTE ET CA MARCHE ! Je n’ai pas refait de poussée d’acné car mon corps s’est sevré petit à petit. Il a eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait et le temps de reprendre ses droits et ses fonctions. Depuis, j’ai la peau relativement nette, pas parfaite mais je n’ai pas d’acné,  je me sens libérée de ce fardeau et en adéquation avec mes principes, à savoir, prendre le moins de médicament possible.

Ca fait maintenant 2 ans que je suis ENFIN débarrassée de cette daube, mes cycles sont revenus à la normal très rapidement, j’ai retrouvé ma libido, j’ovule chaque mois, je laisse la nature faire son travail et bordel, c’est quand même tellement mieux !

6 mois après avoir totalement arrêté la pilule, je suis tombée enceinte sans pression, ça était rapide et ça été une super nouvelle bien qu’une surprise immense ^_^ Nous étions prêts à accueillir un enfant à ce moment là de notre vie et c’est pour cela que je ne prenais pas de moyen de contraception. D’ailleurs, je suis toujours à la recherche de celui qui me conviendra donc en attendant, je ne peux conseiller l’utilisation du préservatif ! Alors oui, on peut tomber enceinte après des années de prise de pilule et oui on peut se libérer de ce médicament mais non sans mal !

Bien sur, il va de soit que pendant le sevrage de 6 mois, vous devez vous protéger pendant vos rapports car la pilule ne sera plus contraceptive. Et je précise à nouveau que suivre cette méthode n’engage que moi, je ne suis pas médecin !

  • J’ai une pensée pour toutes les femmes qui m’ont envoyé des messages suites à mes stories sur instagram. Vous avez apparement envie et besoin de lire des témoignages sur la pilule, sur ses effets. Besoin d’entendre des vérités, de vous rassurer et j’espère que j’ai pu y contribuer. Je pense aussi à celles qui m’ont dit qu’elles sont prisonnières de la pilule parce qu’elles souffrent d’endométriose (ou autre variante de cette maladie) et je sais que cet article ne pourra pas leur apporter de solution. Je sais que ces femmes qui souffrent chaque moi pendant leur cycle sont méprisées et parfois mêmes moquées par d’autres femmes et ça me révolte. Les médecins eux mêmes n’ont parfois pas conscience de ce que nous vivons en tant que femme…

  • Je vous conseille le replay de l’émission de la chaîne Teva qui s’appelle ‘Génération No pilule’* qui a été un moteur de plus à ce que j’écrive enfin cet article. Mon amie Ninon avec qui je partage (entre autre) quelques malheurs de la vie a participé à cette émission et a aussi eu envie d’arrêter la pilule. Elle a écrit un article sur son blog qui vous permettra d’avoir un autre avis, un autre témoignage. Ce post a été énormément commenté et je suis sûre que vous y puiserez des informations précieuses…

*le replay de Teva est payant mais si vous avez une box Orange apparement vous y aurez accès sur votre TV, c’est comme cela que j’ai pu voir l’émission.
Ne prenons pas la pilule comme on prend un doliprane, réfléchissons aux différentes options qui s’offrent à nous, renseignons-nous, faisons preuve de discernement, ne donnons pas notre entière confiance aux médecins, voilà ce que j’ai appris de mon expérience et j’espère vraiment que ces lignes vous aideront ♥