Connectez-vous avec nous

Inspiration Cuisine

Les conseils d’Adam Liaw pour enregistrer vos recettes de famille

Il y a quelques années, ma mère m’a donné son vieux livre de recettes. Il s’agissait d’un agenda géant de 400 pages datant de 1975, mais au lieu des rendez-vous, elle l’avait rempli de recettes qu’elle avait collectées au fil des ans.

Chaque date avait des recettes griffonnées dessus. La plupart étaient écrites de sa main, d’autres venaient d’autres personnes de ma famille. Quelques-unes étaient écrites en chinois ou en malais. Certaines étaient découpées dans Women’s Weekly et d’autres magazines des années 70 et 80 et collées comme dans un album. J’ai reconnu l’écriture de ma grand-mère sur de nombreuses pages.

Ce n’était pas seulement une capsule temporelle de cette époque, c’était aussi celle de mon enfance. La plupart des plats avec lesquels j’ai grandi s’y trouvaient.

Il y avait même une recette pour la première chose que j’ai cuisinée – la friandise indienne, le gulab jamun. J’étais dans la cuisine avec ma mère à l’âge de 7 ou 8 ans et je m’en souviens encore très bien. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais le fait de regarder cette recette me rend très émotive.

Je me souviens de ce que je ressentais quand j’étais enfant, étourdie de fierté et absolument stupéfaite d’avoir fait moi-même quelque chose que je trouvais absolument délicieux.

Aujourd’hui, je fais des gulab jamun sans y penser et sans regarder la recette. C’est un processus assez simple qui ne nécessite qu’une poignée d’ingrédients, mais à l’époque, je me souviens avoir pensé que je venais de gravir le mont Everest sur une seule jambe.

Les recettes modernes nous rendent obsédés par les mesures et la précision, mais nos recettes familiales sont fondées sur nos sens et notre histoire.

A lire  Comment séparer les œufs sans stress ni dégâts

Le ragoût de stroganoff de la mère d’Adam Liaw est le favori de la famille. (recette ici). Photo : William Meppem

Je suis heureux que ma mère ait rassemblé ces recettes pour moi. J’ai entendu tellement d’histoires de gens qui me disaient à quel point il était difficile de faire ce genre de choses. Le principal problème que j’entends est que leurs parents ou grands-parents cuisinent au feeling, en ajoutant un peu de ceci et un peu de cela et en se souciant peu des mesures et de la précision de la cuisine moderne.

J’ai même entendu parler d’une famille qui, lorsqu’elle a essayé d’écrire sa recette de satay vieille de plusieurs générations, a demandé au seul vieil oncle qui savait le faire de prendre des poignées de divers ingrédients et de les jeter dans un bol placé sur une balance, afin de pouvoir calculer une mesure quantitative pour les poignées du vieil homme.

Une autre famille que je connais utilise astucieusement son téléphone pour filmer sa grand-mère en train de préparer certains des plats préférés de la famille, puis examine les images comme des agents de renseignement qui essaient de décoder une formule secrète.

Ces projets familiaux sont amusants, mais lorsqu’il s’agit de recettes, je pense qu’ils passent à côté de l’essentiel.

Beaucoup de recettes dans le livre de ma mère n’ont pas de mesures du tout. Juste une liste approximative des ingrédients et quelques lignes de méthode. La recette la plus utile a été celle d’une sauce pimentée particulière que je n’avais jamais réussi à préparer.

A lire  RecipeTin Eats guide les essentiels du garde-manger japonais (plus comment faire du poulet frit karaage)

La recette de ma mère est une liste de cinq ingrédients, sans mesures et sans explication de la méthode, mais après l’avoir suivie, j’ai réussi à faire cette sauce parfaitement pour la première fois de ma vie.

Les recettes modernes nous rendent obsédés par les mesures et la précision, souvent à l’exclusion de nos propres sens et de notre histoire. Mais nos recettes familiales sont construites sur nos sens et notre histoire.

J’ai finalement pu réussir la sauce pimentée de ma mère parce que j’avais vu ma mère et ma grand-mère la préparer littéralement toute ma vie, et que j’en avais mangé des milliers de fois. Au lieu d’essayer de suivre une recette qui échouerait toujours à cause des différences inhérentes à la force du gingembre, des piments, etc. j’ai simplement essayé de lui donner le goût que je savais déjà qu’il devait avoir.

Je ne dis pas que vous devez abandonner complètement les mesures, mais nous devons comprendre que lorsqu’il s’agit de recettes familiales, leur plus grande force est qu’elles nous appartiennent.

Nous connaissons déjà toutes les choses qu’une recette écrite ne pourra jamais transmettre avec précision à quelqu’un qui essaie de cuisiner un plat qu’il n’a jamais mangé auparavant – la taille à laquelle votre grand-mère coupe les choses, la forme de la casserole qu’elle utilise toujours, ou l’odeur dans la cuisine quand elle cuisine qui vous indique quand les oignons sont justes.

Les recettes de famille sont importantes non seulement parce qu’elles ont bon goût. Elles sont importantes parce qu’elles sont cuisinées et mangées ensemble, et c’est la clé pour les réussir.

A lire  Comment préparer la parfaite soupe au potiron

Si vous voulez enregistrer vos recettes de famille, ne vous concentrez pas sur l’écriture de recettes, mais sur le fait d’être une famille.

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Trending